Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Elena Bertoncini Zúbková, Mikhail Gromov, Said A. M. Khamis & Kyallo Wadi Wamitila, Outline of Swahili Literature. Prose Fiction and Drama

Odile Racine-Issa
p. 142-144
Référence(s) :

Elena Bertoncini Zúbková, Mikhail Gromov, Said A. M. Khamis & Kyallo Wadi Wamitila, Outline of Swahili Literature. Prose Fiction and Drama. Second Edition, Extensively Revised and Enlarged, Leiden, Boston, Brill, 2009, VIII + 500 p. ISBN : 978-90-04-16818-3.

Texte intégral

1En 1989, E. Bertoncini avait proposé une première ébauche de la littérature swahili dans laquelle elle présentait une synthèse de tout ce qui était paru dans cette langue depuis le xixe siècle. Cet ouvrage était devenu incontournable pour tous ceux qui s’intéressent à cette langue, mais il nécessitait une mise à jour. Voilà qui est fait. La nouvelle version, à laquelle ont collaboré les plus grands spécialistes de la littérature écrite swahili et parmi eux deux grands auteurs, reprend les chapitres de l’ouvrage précédent en les développant.

2Celui-ci a une structure ternaire. Il est constitué de trois chapitres de présentation de la prose swahili de fiction répartie en trois genres : le roman, la nouvelle et le théâtre ; dans trois régions : le Kenya, Zanzibar et la Tanzanie continentale ; sur trois périodes : les époques précoloniale et coloniale, des années soixante aux années quatre-vingt, et des années quatre-vingt-dix à nos jours.

3L’introduction montre l’influence des maisons d’édition au Kenya et en Tanzanie sur la production romanesque et se place volontairement sur le plan esthétique avec tout ce que cela suppose de subjectivité. Les différents chapitres donnent un aperçu des tendances selon les époques et permettent de suivre la succession des différents courants intellectuels et esthétiques qui ont marqué cette littérature. À la fin du xixsiècle et au début du xxe, le roman, encore fortement marqué par la tradition orale, s’inscrit dans un courant folkloriste. En cette période coloniale où les sociétés africaines sont dévalorisées, il s’agit de faire connaître la richesse de la culture swahili. Succède, autour des indépendances, la volonté de dévoiler la beauté de la langue tout en exprimant les difficultés et les défis, notamment d’ordre moral, auxquels l’homme moderne est confronté. La trame du récit n’est pas toujours très vraisemblable. Par contre, depuis une vingtaine d’années, les préoccupations éthiques laissent peu à peu place à une écriture où le ressort dramatique s’appuie dorénavant sur la psychologie des personnages, le poids des émotions, l’intensité dramatique et la subjectivité du narrateur. Ce travail sur le style est un apport considérable pour la connaissance de la langue, d’autant plus qu’il s’accompagne, de la part des mêmes auteurs, de la publication d’ouvrages sur les citations et expressions introuvables dans les dictionnaires ordinaires. On comprend ainsi comment les romanciers contemporains choisissent leurs sources d’influence parmi les littératures du Sud par exemple et s’inspirent de la science-fiction et du fantastique pour reprendre des thèmes universaux ancrés dans les cultures traditionnelles.

4En ce qui concerne le théâtre, la recherche de formes théâtrales antérieures à la colonisation est un phénomène encore plus marqué. En effet, si le théâtre, sous sa forme occidentale, a été introduit, au Kenya notamment, par des enseignants expatriés qui montaient des groupes de théâtre dans les écoles secondaires, nombreux sont ceux qui, après l’indépendance, se sont rendu compte que cette forme théâtrale conduisait à de fortes inhibitions aussi bien du côté des acteurs que des spectateurs. Ils ont donc travaillé sur l’improvisation, le chant et la danse comme cela se fait dans les ngoma ou initiations. Mais l’écriture pour le théâtre ne s’est véritablement développée que là où les institutions s’y sont intéressées : au Kenya, après la fondation en 1966 par Graham Hyslop d’un Département de Musique au Kenyatta College, et en Tanzanie continentale avec la création de deux troupes nationales et du Art Department de l’Université de Dar es Salaam durant la période de l’ujamaa. Le plus grand auteur de cette époque est sans aucun doute Ibrahim Hussein (né en 1943 à Kilwa) dont l’œuvre est une interrogation constante, autant par les thèmes abordés que par la forme choisie (un style très symbolique), sur le sens de l’histoire, la modernité, le colonialisme et le néo-colonialisme. À Zanzibar par contre, le théâtre à l’occidentale a connu un développement très limité. L’archipel, très influencé par la culture arabe, a vu se développer les orchestres de taarab (une musique d’origine égyptienne) qui proposent des concerts dont le rôle social est équivalent – sur le plan mondain – au théâtre ou à l’opéra en Occident au xixe siècle. C’est sans doute ce qui explique le peu d’engouement pour le théâtre. Les auteurs les plus influents des îles sont probablement F. Topan et S. A. Mohamed, des universitaires qui écrivent pour des publics plus larges que celui de l’archipel.

5L’ouvrage se termine par un index de la liste des auteurs contemporains, un index des nouvelles, romans et pièces de théâtre suivi d’une bibliographie. Il est donc construit de façon à pouvoir être utilisé comme un dictionnaire de la prose swahili de fiction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Odile Racine-Issa, « Elena Bertoncini Zúbková, Mikhail Gromov, Said A. M. Khamis & Kyallo Wadi Wamitila, Outline of Swahili Literature. Prose Fiction and Drama », Cahiers de littérature orale, 65 | 2009, 142-144.

Référence électronique

Odile Racine-Issa, « Elena Bertoncini Zúbková, Mikhail Gromov, Said A. M. Khamis & Kyallo Wadi Wamitila, Outline of Swahili Literature. Prose Fiction and Drama », Cahiers de littérature orale [En ligne], 65 | 2009, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://clo.revues.org/1160

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de littérature orale est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page