Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Geneviève Calame-Griaule, Ethnologie et langage. La parole chez les Dogon

Mihaela Bacou
p. 163-165
Référence(s) :

Geneviève Calame-Griaule, Ethnologie et langage. La parole chez les Dogon. Troisième édition revue et corrigée. Limoges, Lambert-Lucas, 2009, 644 p., collection « Langage ». ISBN : 978-2-35935-002-9.

Texte intégral

1Il est parfois d’heureuses coïncidences. Ce numéro 65 des Cahiers de littérature orale consacré à la performance s’ouvre par un hommage à Geneviève Calame-Griaule, laquelle a été à l’origine de l’ethnolinguistique française avec la parution, en 1965, d’Ethnologie et langage, et voici que ce livre fondateur, épuisé depuis une vingtaine d’années, est de nouveau disponible grâce à la parution toute récente d’une troisième édition revue, corrigée et augmentée.

2Même si l’ouvrage est resté introuvable pendant de longues années, il n’en demeure pas moins que des générations de chercheurs et de lecteurs ont lu en bibliothèque, à défaut de pouvoir se le procurer, ce pilier des recherches en littérature orale et bien au-delà, puisqu’il intéresse autant l’anthropologie au sens large que ce que nous nommons aujourd’hui « sciences du langage et de la communication ». Cela nous offre le paradoxe somme toute cocasse d’avoir à présenter une œuvre que tout le monde connaît tant du point de vue de sa méthode que de son objet. C’est pourquoi nous nous contenterons plutôt de présenter ici l’organisation de cette nouvelle édition et de souligner les raisons pour lesquelles l’ouvrage demeure d’une incontestable actualité.

3L’édition originale avait paru en 1965 dans la collection Bibliothèque des sciences humaines alors nouvellement créée par Gallimard. En 1987, elle était reprise dans la collection Travaux et mémoires de l’Institut d’Ethnologie publiée par l’Institut d’Ethnologie du Musée de l’Homme, dans une version où une postface de l’auteur remplaçait l’appendice constitué de dix récits dogon auxquels l’auteur renvoie fréquemment dans son texte.

4Cette présente édition, dans la collection Linguistique des éditions Lambert-Lucas, spécialisées dans les sciences du langage, reprend l’appendice de la première édition, la postface de la seconde, et est augmentée d’une préface de l’auteur ainsi que de la traduction française de la préface de l’édition américaine par Dell Hymes (1986). Les convergences entre l’approche de Geneviève Calame-Griaule et celle de l’ethnography of speaking qui se développait à la même époque dans la recherche anglo-saxonnes sont ainsi mises en évidence. Si la bibliographie générale relève les ouvrages cités dans le texte, elle est complétée par des références plus actuelles accompagnant la préface de la nouvelle édition. L’album de photographies de terrain noir et blanc présent dès la première édition est, bien entendu, conservé dans cette dernière réédition. Tant la postface de la seconde édition (1987) que l’actuelle préface (2009) offrent à l’auteur l’opportunité de dresser un bilan du chemin parcouru non seulement au plan des équipes spécialisées dans le domaine africaniste, mais, aussi, à celui des jeunes chercheurs africains dont elle a dirigé les travaux.

5La démarche s’ancre dans une méthode consistant à se départir d’une approche ethnocentriste pour laisser émerger puis s’organiser le système complexe de correspondances symboliques et d’analogies caractérisant la conception, la pratique et la résonance sociale de la parole dogon, ainsi que l’élaboration par les Dogon mêmes du système théorique et mythologique organisant l’intégralité de leur vision du monde. C’est ensuite seulement que les modalités de la parole dans la vie amoureuse, sociale, religieuse ou poétique, ainsi que ses rapports avec les moyens d’expression non verbaux (plastiques et musicaux) sont abordés. Pour cela l’auteur avait eu la chance de pouvoir travailler avec des interlocuteurs dont les niveaux d’expertise lui avaient permis de parcourir tous les plans, des plus ordinaires aux plus ritualisés, de la société et des modes d’échanges langagiers dogon, qu’elle avait complété par une observation minutieuse des interactions quotidiennes.

6Quarante-quatre ans se sont donc écoulés depuis la parution de l’édition originale, laquelle était l’aboutissement d’une recherche qui s’était déroulée sur une dizaine d’années et qui constituait la thèse principale pour le doctorat d’État de l’auteur. Les Dogon actuels se reconnaîtraient-ils dans la minutieuse et précise exposition de la société qu’elle décrit ? Les transformations matérielles et sociales de près d’un demi-siècle ont vraisemblablement modifié en profondeur le mode de vie des habitants de la falaise de Bandiagara, et par là même la fonction de la parole au quotidien telle que Geneviève Calame-Griaule avait pu en être le spectateur privilégié.

7Pour cette raison, Ethnologie et langage devient ainsi non seulement une référence en matière de méthode ou de questionnement théorique, mais aussi un document d’anthropologie historique qui déjà aujourd’hui, et sans doute plus encore demain, représentera, auprès des travaux menés par un autre Griaule, Marcel, à la mémoire duquel le livre est dédié, un des éléments constitutifs de la mémoire d’un peuple.

8Encore une coïncidence pour finir. Vingt-deux ans se sont écoulés entre chaque publication de cet ouvrage – 1965, 1987, 2009 – plaçant ainsi à son tour l’objet sous le signe de la symbolique dogon. Et si vous voulez savoir pourquoi ce nombre est fondamental à la compréhension de l’homme et du monde de la falaise de Bandiagara, il faudra aller chercher la réponse dans la troisième édition revue et augmentée d’Ethnologie et Langage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mihaela Bacou, « Geneviève Calame-Griaule, Ethnologie et langage. La parole chez les Dogon », Cahiers de littérature orale, 65 | 2009, 163-165.

Référence électronique

Mihaela Bacou, « Geneviève Calame-Griaule, Ethnologie et langage. La parole chez les Dogon », Cahiers de littérature orale [En ligne], 65 | 2009, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://clo.revues.org/1171

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de littérature orale est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page