Navigation – Plan du site

2014 : Paroles publiques et paroles confidentielles : façons de parler dans la sphère publique et sur ses marges

Ce projet invite à une réflexion documentée (ethnographique) sur les rapports entre les usages de la parole, quel qu’en soit ses formes, et les lieux (situations) de leurs énonciations. En particulier ce projet souhaite conjuguer les apports de l’anthropologie sociale des lieux du politique (et de la sphère publique) et les démarches d’enquête de l’ethnographie linguistique – que cette dernière porte sur l’étude des pratiques de l’oralité, la poétique des performances langagières, les différents registres liés aux contextes institutionnels de la vie ordinaire, ou qu’elle s’intéresse tout particulièrement aux rhétoriques politiques et celles de la conduite des affaires publiques. Les travaux qui relèvent de l’étude des littératures orales et de « l’art verbal » sont particulièrement pertinents ici (et seront privilégiés), notamment pour l’attention portée aux genres de discours, aux situations de leur performance, et à la poétique de l’énonciation discursive.

Certains aspects saillants peuvent retenir tout particulièrement l’attention : la place que tient le politique dans l’espace public ; la « visibilité » assignée à certaines conduites sociales, par opposition à d’autres impliquant une confidentialité ; les procédures par lesquelles le bien commun est défini ; les usages des lieux ; la place des rituels et des dramaturgies dans la construction d’ententes partagées. Dès lors, on peut s’attacher à étudier les dispositifs interlocutifs liés à ces espaces sociaux, comme les ressources et les compétences linguistiques qui y sont engagées : par une attention particulière portée aux genres de discours et aux codes linguistiques auxquels les participants ont recours (dans l’action) en situation, mais aussi aux structures de participation générées par les séquences langagières, comme aux procédés communicationnels (pas exclusivement linguistiques) de contextualisation ou de cadrage des discours énoncés.

Dans cette perspective d’enquête, et selon les cas étudiés, il peut s’avérer important de prendre en compte les idéologies linguistiques locales et ainsi de repérer les façons de parler qui ont « droit de cité » (ou non), comme de montrer que les règles et les normes des usages langagiers qui investissent les espaces publics (ou privés) sont parfois l’objet de désaccords, qu’elles sont donc susceptibles d’être contestées. Peut-être faut-il parfois abandonner la dichotomie entre ce qui est de l’ordre du public et de l’ordre du privé, pour faire apparaître (à partir de l’étude des pratiques réelles des locuteurs) les liens et les discontinuités entre différentes sphères d’activités sociales, l’échelle des degrés de publicité relative, les différents types de public.

Les auteurs sont invités à être attentifs aussi aux contextes de leurs enquêtes ethnographiques. L’ethnographie du xxie siècle implique en effet des « sociétés » traversées par les enjeux de la modernité, marquées par les dynamiques du changement, les rapports entre local et global (selon l’une des terminologies du moment), et des « sociétés » au sein desquelles se jouent, parfois sur fond de ségrégation et de rivalités identitaires, l’émergence de formes de sociabilité élargie et la création de nouveaux lieux publics. Dans ces contextes de changements, comment l’espace public est-il socialement organisé ou réorganisé ? Quelles pratiques façonnent la sphère du public ou la création de nouveaux espaces publics ? Pour répondre à ces interrogations, notre choix est d’étudier l’espace public comme un lieu d’interlocution et de rencontre, afin d’en explorer les logiques (les règles) de mise en forme communicationnelle.

Calendrier

Les contributions ne devront pas dépasser 50 000 signes.

Les propositions (titre et résumé) sont à adresser pour le 1er juillet 2013 à : bertrandmasquelier@hotmail.com 

Remise des articles pour le 30 novembre 2013.