Navigation – Plan du site
Dossier

Pipi, caca : comment en parle-t-on chez les Gbaya ?

Paulette Roulon-Doko
p. 53-78

Résumés

Ayant présenté tout d’abord les termes gbaya à la disposition des locuteurs et leurs emplois courants dans la vie quotidienne, j’étudie la conception gbaya de ce domaine par l’étude des représentations qu’ils en ont, recourant pour cela à l’examen des devinettes, des proverbes puis des contes. Il ressort que ce sujet est traité en gbaya avec un vocabulaire unique, le plus souvent non spécifique, qui échappe à la hiérarchisation qui s’impose en français entre scientifique, médical, familier ou vulgaire voire grossier.

Haut de page

Texte intégral

Il n’y avait pas pour eux [les Anciens] de choses que l’on ne puisse dire. Dans Aristophane, on chie sur la scène. (Flaubert, 1853, 81)

  • 1  Dans cet article, il y a différents niveaux de guillemets : « chevrons » pour les traductions fran (...)

1En français contemporain la coexistence d’une langue écrite et d’une langue parlée est un terrain propice à la manifestation de différents niveaux de langue. Il n’y a pas en particulier de vocabulaire neutre pour parler de ce qui relève du scatologique, terme formé sur deux termes grecs skôr « excrément »1 et logos « parole », signifiant littéralement un ‘discours sur les excréments’. Tous les parents parlent du pipi et du caca de leurs enfants dans la vie quotidienne puisque c’est un apprentissage essentiel et, dans la rue en ville, on fait la chasse aux crottes de chien et on se plaint de l’odeur de la pisse qu’ils déposent un peu partout. Les médecins, eux, parlent des selles et de l’urine lorsqu’ils interrogent un malade. Le terme ‘merde’ est généralement perçu comme vulgaire ou grossier et ceux d’excrément et de fèces plutôt comme des termes scientifiques. Dans une culture de tradition orale où l’opposition entre oral et écrit n’est pas encore intégrée dans la vie quotidienne, comment en parle-t-on ?

  • 2  Les Gbaya sont une population d’environ un demi-million de personnes qui occupent un territoire si (...)

2Mon étude présentera le cas d’une société de chasseurs-cueilleurs-cultivateurs, les Gbaya2 qui vivent en Afrique Centrale. Dans cette culture, le savoir est commun à tous et chacun peut y avoir également accès. C’est une société égalitaire, sans hiérarchie sociale où la parole circule librement, sans différences marquées en fonction des conditions d’usage possible. Parole quotidienne, récits variés, contes, jugements utilisent un vocabulaire commun à tous y compris pour parler de ce ‘domaine’ pour lequel il n’y a pas de tabou et dont on parle librement. C’est pourquoi j’ai choisi « pipi » et « caca » comme traduction de base (mot à mot) et dans le titre de cet article, parce que cette façon de dire reste la plus employée dans le domaine familier et de ce fait, hors contexte, est la moins marquée, ni scientifique ni vulgaire et pas nécessairement enfantine.

3Je présenterai tout d’abord les termes qui sont à la disposition des locuteurs et leurs emplois courants dans la vie quotidienne et j’étudierai ensuite la conception gbaya de ce domaine par l’étude des représentations qu’ils en ont, recourant pour cela à l’examen des devinettes, des proverbes puis des contes, dont la traduction en français pose de façon récurrente le problème de savoir comment ne pas tomber dans le vulgaire ou le scientifique, ni l’infantilisation.

Le vocabulaire scatologique

4D’après le Dictionnaire historique Robert (Rey, 1994), le terme excrément, relevé en 1534 chez Rabelais par emprunt au latin impérial excrementum « déchet » et « excrétion, déjection » de excretus (p.p. de excernere « passer au tamis » et dans la langue médicale « évacuer ») a tout d’abord désigné l’ensemble des matières évacuées du corps (matières fécales, urine, mucus nasal, sueur) avant que son emploi ne soit restreint au sens de « matières fécales ». Dans la conception physiologique des Gbaya, le corps rejette un certain nombre de produits : excréments, urine, larmes, sueur et lymphe, tous issus de l’absorption de nourriture, les distinguant des produits préexistants dans le corps lui-même – lait, sperme et sang – qui ne sont, eux, jamais mis directement en relation avec la nourriture. Ces derniers sont regroupés sous l’appellation de « semences du corps » kpárɛ́ béí alors qu’aucune appellation générique ne regroupe les matières évacuées du corps.

5En gbaya, la catégorie du nom représente plus de la moitié des termes du lexique, tandis que celle du verbe atteint seulement 10 %. Cependant, tandis que les verbes peuvent produire des noms, il n’y a aucune attestation d’une production d’un verbe à partir d’un nom, contrairement au français où on peut presque toujours former un verbe à partir d’un nom. Cette situation est bien illustrée par le vocabulaire étudié ici.

Les noms employés

  • 3  Bien distinct du terme pàyà « détritus, ordure » qui désigne les déchets végétaux.

6Le nom ɗɔ̀r qui signifie « déchet3 » permet de désigner (i) la « merde » (déchet du corps humain ou animal) et aussi (ii) un « résidu », comme la « cire » issue du rayon de miel ou la « gangue » qui entoure le fer au moment de la fonte. Le nom ʔínì signifie seulement « urine ». Aucun de ces deux noms n’est explicable : ce sont des termes simples originaux.

7Dans le dictionnaire des synonymes (Bertaud du Chazaud, 1971) les entrées ‘caca’ et ‘merde’ renvoient à ‘excrément’ qui est ainsi renseigné :

  • 4  Qui réfère au bas-ventre.
  • 5  Le méconium dont on souligne la couleur très noire est appelé en gbaya tárí ou ɗɔ̌r-dìŋɔ̀ɛ̀ (~/ar (...)

Excrément : I. De l’homme 1) Méd. ou neutre : crotte, déchet, déjection, excrétion, fèces, flux alvin4, garde-robe (vx.), matières, matières alvines/ fécales, méconium5 (nouveau-né), selles. 2) Familier ou enfantin : caca, gros, grosse commission, pot. 3) Vulg. ou arg. : bran, brenne, bronze, chiasse, colombin, confiture, étron, foire, marchandise, merde, mouscaille, paquet, pêche, sentinelle. II. Des animaux : bouse, chiure, colombine, crotte, crottin, fient, fiente, fumées (vén.), purin. III. Par ext. : boue, gadoue, immondice, ordure, poudrette, rebut, résidu. (p. 192)

8Par contre on y trouve trois entrées ‘pipi’ ‘urine’ et ‘pisse’ :

Pipi : urine, pisse. (p. 326)
Urine : pipi (enf.), pissat, pisse. (p. 456)
Pisse : eau, urine, pipi, pissat. (p. 327)

9Il est frappant que le caca a développé en français un vocabulaire beaucoup plus important que le pipi. L’excrément humain manifeste trois niveaux de langue (i) médical dit neutre, (ii) familier ou enfantin, (iii) vulgaire ou argotique tandis que le pipi a uniquement une mention ‘enfantin’ lorsqu’il est sous l’entrée ‘urine’ et rien d’autre. Le Trésor de la Langue Française (TLF) qualifie d’une façon comparable ‘pipi’ de familier mais ajoute le qualificatif de vulgaire pour ‘pisse’ et réserve ‘pissat’ à l’urine des animaux. Sous l’entrée ‘caca’ il ne donne comme synonymes que : crotte, merde (trivial), déjection, fèces, selles (langage médical).

  • 6  Les abréviations utilisées dans le mot à mot sont : acc accompli ; anaph anaphorique ; appos appos (...)

10En gbaya, il n’y a rien de comparable. Le terme ʔínì « pipi » ne réfère qu’à l’urine humaine ou animale. Quant au terme ɗɔ̀r « déchet d’une activité », il ne désigne pas seulement, comme cela vient d’être présenté, l’excrément humain ou animal contrairement au terme nàáfɛ̰̀ « caca, merde » d’un emploi nettement moins fréquent et presque toujours employé au sein de la collocation « odeur de merde » pɛ̌r nàáfɛ̰̀ ou pɛ̌r ɗɔ̀r. Cette odeur de merde est d’ailleurs lexicalisée par un adjectif-adverbe spécifique hàlò-hàlò. C’est ainsi parce qu’elle « sent la merde » nún hàlò-hàlò (sentir/~) qu’une apocynacée de forêt est appelée « arbre-merde » tè-ɗɔ̀r. Enfin le côté sale et dégoûtant du caca est bien manifesté par l’insulte ɗɔ̌r tɛ̀mɛ́ (caca.d6/ corps.d.2s) qu’on pourrait traduire par « merdeux ».

Les verbes employés

  • 7  Le « ver de terre » sɔ̰̀-pɛ̀ŋ signifie littéralement ‘à déféquer/ver long’ car ses excréments en (...)

11Pour désigner l’action de déféquer ou de pisser, c’est en gbaya le même verbe sɔ̰ qui va être utilisé. Ce verbe exprime la présence d’un frottement produit ou spontané et signifie, construit transitivement (i) « frotter, enduire », (ii) « railler, tourmenter » et (iii) « excréter » avec les noms « caca » et « pipi » comme complément d’objet direct. Construit intransitivement, il signifie « produire une substance (déjection, sécrétion) » et s’applique à la déjection qu’est la diarrhée, à la sécrétion des végétaux et à la formation de monticule de terre par les termites. Il produit deux déverbatifs. L’un formé régulièrement sɔ̰̀ɔ̰̀ « diarrhée » spécifie une excrétion particulière et l’autre, irrégulier du fait de son schème tonal haut sɔ̰́ɔ̰́ « résine, déjection de terre » a une valeur plus générique et peut être spécifié : sɔ̰́ɔ̰́ bírí « résine de Canarium schweinfurthii », sɔ̰́ɔ̰́ sɔ̰̀-pɛ̀ŋ « turricules du ver de terre7 », etc.

12En français, dans le dictionnaire des synonymes déjà cité, on ne trouve aucune entrée pour ‘déféquer’ et deux entrées pour ‘pisser’ :

Pisser : I. V.intr 1) Au pr : faire/tomber de l’eau (pop.), faire pipi, pissoter, uriner. 2) Par ext : couler, fuir, suinter. II. V.tr 1) Au pr : évacuer, faire, perdre. 2) Fig. compiler, produire, rédiger (p. 327). 

Uriner : I. faire pipi, lâcher, tomber de l’eau, pisser, pissoter, se mouiller (p. 456).

13Le TLF mentionne ‘uriner’ et qualifie ‘pisser’ de vulgaire et ‘faire pipi’ de familier. Quant à ‘déféquer’, le TLF en fait une entrée où le sens ‘expulser les matières fécales’ est donné pour l’emploi intransitif sans mention d’aucun synonyme et fait également une entrée ‘chier’ caractérisé de trivial et suivi des synonymes ‘aller à la selle’ et ‘faire caca’ (familier). Ce n’est que sur Wikipedia qu’on trouve à l’entrée ‘aller à la selle’, une liste de neuf synonymes : caguer (régionalisme), couler un bronze (familier), chier (vulgaire), déféquer (soutenu), faire caca et faire popo (langage enfantin), (dé)mouler un cake et (dé)poser une pêche (familier) et tartir (argot).

14En gbaya, le recours à un seul verbe non spécifique de ces excrétions sɔ̰ en souligne la valeur neutre peu propice à un traitement distinctif de ces deux activités : il n’y a qu’une seule façon d’en parler. Alors qu’en français on doit choisir entre ‘uriner et déféquer’, ‘pisser et chier’ ou ‘faire pipi et faire caca’ et donc adopter un niveau de langue, en l’occurrence soutenu, vulgaire, familier ou enfantin, car il n’y a pas de façon neutre d’en parler.

15Parlant des oiseaux, les Gbaya connaissent le rôle joué par leurs fientes dans le processus de dissémination de certaines graines et l’expriment en ces termes :

 1.
 
 
 
 
 

ʔó
pl
ʔèé
puis.d

alors

nɔ́ɛ́
oiseau

3P
hɔ̀á
acc
.sortir

ɲɔ́ŋ
inac.manger
sɔ̰́
inac.excréter
           
           

wáyáà,
fruit.def
ɗɔ̀ráà
caca.def
             
             

Les oiseaux mangent les fruits puis ils en expulsent le caca d’où cela
germera
.

16Pour exprimer la même chose le français écrit en termes savants : “ La graine, indigestible, est libérée dans les matières fécales ” et dispose du terme d’endozoochorie qui est loin d’être connu de tous.

Les adjectifs employés

  • 8  Fiente globuleuse plus ou moins dure de certains animaux (TLF).
  • 9  Matière fécale (de l’homme ou de certains animaux) consistante et moulée (TLF).

17Pour exprimer la qualification le gbaya dispose de nombreux adjectifs dont une sous-catégorie d’adjectifs-adverbes (AA) qui comprend plus de deux mille termes. De l’urine on ne caractérise que la couleur en recourant au terme ɗéréré « couleur thé doré » qui peut par ailleurs s’appliquer à tout liquide. Par contre, dix-neuf adjectifs-adverbes permettent de caractériser un excrément. Un seul déjà mentionné ci-dessus « odeur de merde » hàlò-hàlò est spécifique. Tous les autres ont un sens qui n’est pas une valeur dédiée, ce qui, de fait, ne les classe pas à l’intérieur d’un registre spécifique comme le fait nécessairement la traduction en français où il faut choisir entre médical ou soutenu pour ‘excrément’, ‘selle’, ‘fèces’, vulgaire ou argotique pour ‘crotte8’, ‘étron9’, ‘merde’.

ɓɛ̀rɛ̀-ɓɛ̀rɛ̀
ɓɛ́rɛ́ŋ
ɓɔ̀rɔ̀ŋ
ɓɔ̰̀wɔ̰̀ŋ
gɛ́tɛ́-gɛ́tɛ́
hɔ̀làì
hólóé
hùrùp-hùrùp

làɓàn
làɓà-làɓà
làkàtì-làkàtì
làtìtì
lòɓòn-lòɓòn
mɛ̀rɛ̀m
ndèkèkè
ngɔ̀lɔ̀k
vùtùk
yɔ̀lɔ̀wɔ̀lɔ̀

en billes
de forme allongée
allongé et pointu
oblong
en une grosse masse molle
mou (impression tactile)
puant (pourriture/excrément)
énorme
qui fait un gros tas mou
qui fait plusieurs tas mous
boueux
qui coule difficilement
chute d’une masse molle
qui glisse
qui fait un monticule
minuscule
qui fait un empilement
trop long

18Ainsi l’AA làtìtì « qui coule difficilement », caractérise aussi bien (i) certaines sèves d’arbres, (ii) du miel, (iii) une nourriture dans la gorge ou (iv) une selle en cas de constipation. Dans tous ces cas est soulignée la difficulté du produit considéré à suivre le chemin qu’il emprunte.

19Pour l’urine, la façon dont elle est projetée est exprimée par plusieurs adjectifs-adverbes qui, contrairement aux précédents, lui sont majoritairement spécifiques.

sàà
sìrìp-sìrìp
wɛ̀ɛ̀

jet incontrôlé (urine ou vomi)
par saccades
de façon irrépressible (urine)

20Le gbaya dispose donc d’un vocabulaire riche permettant d’exprimer toutes sortes de nuances sans, dans la majorité des cas, qu’il s’agisse d’un vocabulaire spécifique. On ne peut donc en gbaya identifier un vocabulaire strictement scatologique.

Que nous apprennent les devinettes ?

21Le terme « devinette » sìŋ dérive du verbe siŋ « laisser tomber », la spécifiant comme une ‘parole qu’on laisse tomber’. Les devinettes constituent chez les Gbaya un genre littéraire dont le répertoire, plus ou moins figé, est actualisé au cours de chaque séance (Roulon-Doko, 2004). Procédant par la formulation d’images qui manifestent les choix des Gbaya pour exprimer certains domaines conceptuels, elles entraînent la mémoire de chacun qui, au besoin, peut réactualiser certains éléments. Elles sont donc formulées comme une définition dont il convient de trouver le référent le plus vite possible, en tous cas avant les autres. Tandis que pour tous les participants c’est avant tout une distraction collective qui les replonge dans les spécificités de la culture qu’ils partagent, pour l’observateur extérieur c’est un moyen privilégié d’accès à la culture qu’elles manifestent.

22Plus de la moitié des devinettes réfèrent au monde humain, ciblant (i) diverses parties du corps et majoritairement le sexe, mais aussi (ii) des productions du corps telles le pipi et le caca qui y occupent une place importante.

23Trois devinettes associent « caca et pipi » ɗɔ̀r ʔín ʔínì, comme un automatisme soulignant leur concomitance fréquente au moment de leur excrétion (verbe sɔ̰ « excréter ») qui est aussi couramment exprimée par l’expression « aller aux toilettes » ́ɛ́ zǎŋbɛ̀ɛ̀ littéralement ‘aller en brousse’. Ce duo est donc la réponse qui convient aux trois devinettes suivantes :

 2.
  
  
  
  
   

dɔ̀nɔ̀
marteau_de_forge
rìŋ,
en_enfonçant_d'un_coup
bɔ̀ɔ̀
en_trombe_d'eau

zṵ́
inac.s'enfoncer

eau
  
  


terre
dɛ̀ɛ́
acc.faire.d
  
  

   

Le marteau de forge s’enfonce d’un coup dans la terre, l’eau coule en trombe.

 3.
  
  
  

wèsé
jour
kórò
pluie

gɔ̀m
à.frapper
tɛ̀á
acc.venir

gbàdàwà,
babouin
  
  

   

Le jour où on découpe un babouin, il pleut.

 4.
  
  
  

dɔ̀nɔ̀
marteau_de_forge
ngbìm,
à_la_renverse

yék
inac.tomber
ɓùtù
pluie_sp.

nù
terre
tɛ̀á
acc.venir

  

Le marteau de forge est tombé à la renverse, la pluie du matin
tombe.

24Les éléments de ce duo sont cependant de nature bien différente. Tandis que le caca est défini par son aspect massif que manifestent les images du « marteau de forge » dɔ̀nɔ̀ (très lourd bloc de métal), du « babouin » gbàdàwà littéralement ‘grand singe’ ou de l’« éléphant » fɔ̀rɔ̀ dont l’emploi adjectival signifie ‘énorme’, la nature fluide du pipi est illustrée par un écoulement spécifié « comme une trombe d’eau » bɔ̀ɔ̀ ou rapportée soit génériquement à la « pluie » kórò soit plus spécifiquement à la « pluie fine » ɓùtù qui tombe le matin en juin.

25Deux devinettes ont pour réponse le caca, l’une reprend l’image de l’éléphant pour rappeler qu’en dépit de sa masse, on l’abandonne sur place :

 5.
  
  
  
  
  
  
  
  
  

mɛ́
2S
pı̰́
inf.acc.jeter
ʔé
inac.poser
tɛ́à,
corps.3S
wár,
chemin

tòká
acc.transpercer.d
nù,
terre
sɛ́ɛ̀
sagaie
mɛ̀
sub.2S
mɛ̀
sub.2S

fɔ̀rɔ̀
éléphant
mɛ̀
sub.2S
ɓɔ́n
inf.acc.rester

inac.prendre
péí
inac.revenir

  
  

Tu as percé un éléphant et tu laisses la sagaie dans son corps puis tu reprends la route et reviens.

26L’autre associe le caca à la mouche. Cette association est exprimée en termes de relation d’alliance, qui souligne la forte proximité entre le caca et la mouche, ce qu’on retrouve en français commun lorsqu’on parle d’une ‘mouche à merde’. La même devinette peut aussi avoir comme réponse le « bousier » nàá-kìn-ɗɔ̀r (celui/à rouler/excrément) un coléoptère qu’on voit souvent roulant une boulette de bouse :

  • 10  Ce terme peut désigner aussi bien le beau-père que la belle-mère, que les deux, ce qu’en français (...)

 6.
  
  
  

fòr
beau-parent
ʔò
qui

zı̰́
mouche
ndé
est-ce-que

nɛ́
etre-ess
  
  

  

Qui est le beau-parent10 de la mouche ?

  • 11  Il existe d’ailleurs un verbe « faire gicler, projeter » ɗɛr qui s’applique spécifiquement à l’uri (...)

27Les deux devinettes suivantes dont la réponse est le pipi mettent en scène comme dans l’exemple 5, une activité de chasse mais ici le gibier n’est pas identifié (ex. 7) ou bien c’est un petit rongeur très commun l’« aulacode » bíá (ex. 8). Dans les deux cas la nature du gibier n’importe pas, l’attention est portée sur le déplacement qu’on lui prête en le faisant, dans les deux cas, revenir à son point de départ. C’est de fait la trajectoire suivie par l’urine11 qui est ainsi caractérisée puisque les dernières gouttes tombent toujours au plus près de leur point de départ. Ce phénomène valable pour les deux sexes, est encore plus marqué pour les hommes, ce qu’exprime la devinette 8 qui fait parcourir à l’aulacode un vaste territoire entre deux rivières ’Boyanga et Dota et dont la réponse est plus spécifiquement « le pipi des hommes » :

  • 12  C’est la formulation la plus courante pour introduire les devinettes.

 7.
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  


un_certain
mɛ́
2S

inac.détaler

alors

alors
mɛ́
2S
nɛ̀mɛ́
rel.2S.

sàɗì
animal
tòká
acc.piquer

course
kɔ́r-zúà
nuque.3S
pèyá
acc.revenir.d
gbɛ̀ɛ́à
acc.tuer.d.3S
tòká
acc.transpercer

sɛ̀nɛ́ı̌,
dedans.anaph

alors
sínɛ́,
en_allant
ɲɛ́í,
inac.être_loin
ɗòŋ,
en-arrière
fàrá
endroit
sɛ̀nɛ́
dedans

  

Il y a un animal12, tu le perces et il part en courant, quand il est bien loin, alors il revient et tu le tues à l’endroit même où tu l’avais percé.

 8.
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  

ʔám
1S

à_côté
ʔá̰-ndɛ̀ɛ́
voilà_que.2P.d

au-dessus.d
ʔá̰-ndɛ̀ɛ́
voilà_que.2P.d
tɛ́
inac.venir
ʔà̰
3S
ɓòyàŋà
Npr

tòkà
acc.transpercer.d
zǎŋ
continuité.d
ndàkà
acc.pourchasser.d
dɔ̀tà
Npr
pèyá
acc.revenir.d
gbɛ́
inf.acc.tuer

à_côté
sí-ɗòŋ
à_nouveau

bíá
aulacode
ɓòyàŋà,
Npr
sínɛ́
en_s’en_allant
mɛ̀,
là-bas
ɗòŋ
en-arrière
ngbák
véritable
zǎŋ
continuité.d
  
  

   

J’ai percé un aulacode sur les bords de ’Boyanga, nous l’avons poursuivi jusqu’à Dota là-bas, et nous sommes revenus sur nos pas et sommes venus le tuer, lui, juste sur les bords de ’Boyanga à nouveau.

28Les devinettes gbaya définissent ces deux éléments en insistant sur le duo qu’ils forment tout en attribuant à chacun une nature propre bien différente, qui oppose une lourdeur immobile (marteau de forge, babouin) à une fluidité en mouvement (l’eau, la pluie). De plus, lorsque chacun est considéré dans sa spécificité, c’est en termes de gibier que ces chasseurs en parlent. Ainsi le pipi est un petit gibier qui entraîne le chasseur dans une course poursuite qui suit une boucle fermée le ramenant toujours à son point de départ. Le caca est, lui, un éléphant, le plus gros des animaux qu’ils connaissent, que le chasseur abandonne sur place, ne prenant même pas la peine de récupérer sa sagaie. La dégradation qui s’en suivra favorise bien sûr l’arrivée des mouches, qu’on ne manque pas de trouver à chaque fois sur tout animal qui se décompose à l’air libre. Ces devinettes ne cherchent pas à manifester un comique de situation, elles ne véhiculent pas de jugement de valeur, elles expriment la conceptualisation culturelle de ces deux éléments pour les Gbaya.

Que nous apprennent les proverbes ?

29Le proverbe tó-wèn littéralement une « parole pilée » dont il faut reconstruire le sens est employé pour porter un avis sur quelqu’un à propos d’une situation que seuls partagent ces deux personnes, ce qui évite le sentiment de honte que ne manquerait pas de produire une critique directe en langage clair qui pointe nécessairement celui qui est ainsi mis en cause (Roulon et Doko, 2009). Il s’agit d’un langage indirect qui contrairement aux devinettes n’est pas construit sur une image à interpréter mais bien sur une structure binaire dont les deux éléments ne semblent pas aller ensemble. Trouver ce qui les réunit fait apparaître ce qu’on veut exprimer (critique, désaveu, menace, etc.). Ceci, tous apprennent à le décrypter. Par contre le contexte d’application reste un savoir partagé seulement par les deux protagonistes : celui qui dit le proverbe et celui auquel il s’adresse, sans bien sûr le désigner explicitement. C’est un message qui, une fois reçu, force à réfléchir et donc demande toujours du temps : il n’y a jamais de réponse immédiate.

30Dans les proverbes où seul est attesté le caca, il s’ajoute, aux points de vue physique et physiologique déjà exprimés de façon neutre par les devinettes, un point de vue plus dépréciatif qui cible négativement sa mauvaise odeur et la souillure qu’il produit.

Point de vue neutre

31Si caca et pipi sont associés au moment de la défécation, c’est un autre automatisme qui est mentionné dans le proverbe suivant : l’érection involontaire qui est la seule que peut se permettre l’étranger-voyageur. Il s’agit d’un conseil pour dire à quelqu’un de faire profil bas :

 9.
  
  
  

bɔ̌r
pénis.d

au-dessus.d

gɛ̀nɛ̀
étranger
ɗɔ̀r
caca

kúr
inac.se_dresser
  
  

  

Le pénis du voyageur se dresse au moment de la défécation.

32L’association déjà présentée entre le caca et la mouche est reprise par le proverbe suivant qui illustre une situation perçue comme une frustration ressentie par l’intéressé qu’on peut rendre par l’expression adverbiale ‘tant pis pour moi’ signalant qu’il renonce à ce qu’il convoitait :

10.
  
  
  

ɗɔ̌r
caca.d
bàá
acc.prendre.d

ɗɔ̀ɔ́
sous.d
tɛ̀
entité.d


eau
zı̰́
mouche

  

Une merde sous l’eau ennuie la mouche.

33La relation nécessaire et suffisante entre l’absorption de nourriture et l’excrément produit, exprimée par le proverbe suivant, symbolise un résultat donné comme un profit qui est unique à chaque fois. C’est une façon d’opposer un refus, en invitant le solliciteur à se contenter de ce qu’il a déjà eu :

11.
  
  
  
  
  
  

ɲɔ́ŋ
inj.manger

ɗɔ̀ráà
caca.nom
bárá
dalle_des_termites

kɔ̀mɛ̀
de_sorte_que.
2S
ʔá
inf.acc.mettre
  
    

sɔ̰́
inac.déverser


sur
  
    

  

Mange et tu en déféqueras la merde sur une pierre plate.

Point de vue dépréciatif

34Nul ne sait de quoi l’avenir est fait. Ce que le français exprime par les expressions ‘fontaine je ne boirai pas de ton eau’ ou ‘il ne faut jurer de rien’ est exprimé en gbaya par le proverbe suivant où l’endroit souillé par la défécation devient le seul abri possible contre la pluie. Le personnage mis en scène est un étranger au pays gbaya, donc quelqu’un qui a priori n’avait pas à se soucier de ses traces, et pourtant !

12.
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  

mbùsà
haoussa

alors
ʔé
inf.acc.poser
ʔéí
logS
ɓɔ̀
encore
kórò
pluie
mbùsà
haoussa
káí
inac.ramasser
ʔá
inf.acc.jeter
ʔɔ́
inac.dormir

kùrà
acc.se_lever.d
sɔ̰́
inac.déverser
kútùà,
maison
tɛ́-ʔɔ̀
virt.inac.dormir
ná.
neg
ndák
inac.chasser
péí
inac.revenir
ɗɔ̀r
caca
táá
vers
kútùàí
maison.anaph

sɔ̰́,
rév
ɗɔ̀r
caca
béè
inac.pouvoir_être.ins
kútùàí
maison.anaph

alors
mbùsà,
haoussa
ɗòŋ
en_arrière
kɔ́í
de.logS
mɛ̀
là-bas
sí-ɗòŋ.
à_nouveau

  

Un Haoussa s’était levé et avait fait caca dans une maison se disant qu’il n’y dormirait plus. Quand la pluie a chassé le Haoussa, le Haoussa est revenu, il a ramassé son caca en le jetant là-bas et il a dormi à nouveau dans cette maison.

35Le proverbe suivant invite à savoir dépasser une première impression de dégoût, rappelant que c’est l’aire de déjection de certains termites qui permet de repérer l’endroit où on pourra les récolter, ce qu’on fait bien sûr puisqu’ils sont comestibles et appréciés :

13.
  
  
  
  
  


imp.écraser

au-dessus.d
ɲɔ́ŋ
inac.manger

zɔ̰́
herbe
ɗɔ̀r,
caca
dòè
termite

ʔá
inf.acc.mettre
ʔèì
et_donc.on
  
  

  

Écrase des herbes sur la merde (qui a permis de repérer la termitière) et mange-en les termites.

36La mésaventure du chien racontée par le proverbe suivant est une mise en garde adressée à quelqu’un qu’on veut remettre à sa place, lui rappelant qu’il n’est pas étranger aux mauvaises actions dont il parle, car il oublie de voir sur lui-même ce qu’il dénonce chez les autres :

14
  
  
  
  
  

tòyó
chien

tête
kɔ́
celle

ʔé
inac.laisser
ndál
inac.lècher
dàn
ami

ɗɔ̀r
caca
nɛ̀
inst
kéí
de.logS

  

Le chien laisse le caca sur sa tête et lèche néanmoins celui de son copain.

37Contrairement aux devinettes, les proverbes ne parlent que du caca. Ce sont le plus souvent des expressions brèves qui peuvent parfois devenir un véritable petit récit comme en 12. Tous ces proverbes mettent en scène des situations de la vie quotidienne faciles à comprendre. On voit cependant à côté d’une présentation neutre de phénomènes physiques et physiologiques comparables à ceux qui étaient mis en scène dans les devinettes (ex. 9 à 11), émerger un point de vue dépréciatif qui cible la mauvaise odeur et la souillure, qui sont culturellement bien connues mais n’avaient pas été jusqu’ici mentionnées (ex. 12 à 14). Par le biais des trois derniers proverbes, le locuteur instrumentalise les excréments pour motiver une réaction de répulsion en jouant sur leur aspect déplaisant : l’excrément y symbolise la chose dégoûtante.

Que nous apprennent les contes ?

38Contrairement aux proverbes qui ne parlent que du caca, les « contes » tò comme les devinettes font intervenir caca et pipi. Cependant, tandis qu’ils sont assez équitablement pris en compte dans les devinettes, l’urine est bien moins souvent mise en scène que les excréments dans les contes.

Le pipi dans les contes

39On peut bien sûr signaler la mention du pipi lorsqu’un personnage submergé par la peur, fait sous lui ou qu’un autre s’éloigne en prétextant ‘aller en brousse’ ce qui est, rappelons-le, l’expression consacrée pour dire « aller aux toilettes » :

15.
  
  
  
  
  

wà
3P
̰̀ɔ̰̀
acc.excréter.d
̰́à
corps.d.3S

gùsáà,
acc.frapper.d.3S
ʔínì
pipi
wɛ̀ɛ̀
irrépressiblement

ʔá̰-nàá
voilà_que.3S
ʔá
inf-acc.poser
   
  

  

On l’a frappé, et il a uriné sur lui de façon irrépressible.

  • 13  Wanto est le héros civilisateur des contes. Son nom qui signifie littéralement le « maître des con (...)

40Au-delà de ces manifestations tout à fait ordinaires, le pipi est aussi utilisé comme un motif. Il s’agit du procédé utilisé dans le conte du “Fromager des divinités”, par l’enfant de la tortue qui, envoyé par sa mère chercher du feu chez Wanto13, éteint plusieurs fois de suite la torche de roseaux qu’il vient d’enflammer en urinant dessus afin de pouvoir y retourner et faire ainsi durer son séjour dans la maison de Wanto, le temps de découvrir ce qu’ils vont manger :

16.
  
  
  
  
  
  
  
  
  

bêm
enfant
bá
inac.prendre
zân,
dehors
yíkáà,
surface.d.def
sìí
acc.retourner.d

kɔ́
de
wèè
feu
sɔ̰̀ɔ̰̀
acc.excréter.d
wèè
feu
ɗòŋ
en_arrière

táná
tortue
mɔ́-gbò
inf.virtuel.sortir
ʔínì
pipi
bìyá,
acc.s’éteindre
  
   

  

L’enfant de la tortue prend le feu pour sortir dehors, pisse dessus, le feu s’éteint et il y retourne.

41Dans une autre version de ce conte, c’est le père tortue lui-même qui va chercher du feu chez Wanto, il l’éteint alors en soufflant dessus.

42Dans le conte “Des deux filles et la balançoire” (Roulon-Doko, 1992), le repas bâclé que préparent les deux filles pressées de pouvoir essayer la balançoire précise qu’elles ont choisi des feuilles de Justicia insularis au goût sucré peu apprécié, qu’elles les ont mal épluchées, n’y ont pas mis de sel et les ont accompagnées d’une boule de manioc toute molle dont la couleur rouge vif est caractérisée par référence à la couleur de l’urine :

17.
  
  
  
  
  

hé
comme
sɔ̰́
rev
sɔ̰̀ɔ̰́
excréter.énonciatif

wà
3P
ʔínì
pipi
gá
comme

sɔ̰̀ɔ̰̀
acc.excréter.d
sɛ̀nɛ́
dedans
  
  

   

Comme si elles avaient auparavant fait pipi dedans.

43Cette comparaison avec la couleur de l’urine pour désigner la boule de manioc qui, de fait, est d’une couleur grise parfois légèrement marron, est tout à fait exagérée y compris pour l’urine naturellement « thé doré ». La narratrice cherche à aggraver le comportement inadmissible des fillettes, en mentionnant, même s’il ne s’agit que d’une comparaison de couleurs, un produit impropre à la consommation comme référence d’appréciation. Ainsi l’urine, dans les contes n’est jamais envisagée comme une anti-nourriture, contrairement aux excréments comme on le verra ci-dessous.

Le caca dans les contes

44La perception dépréciative du caca – sa mauvaise odeur et la souillure qui peut y être associée – est l’angle sous lequel cet élément intervient dans les contes. Illustrant bien cela, les divinités subalternes du conte “Les divinités” qui sont couvertes d’escargots, de grêle et de caca, toutes choses déplaisantes pour les Gbaya, portent le nom de kpɛ́tkpɛ́t-kɔ́-dɔ̌k-ɗɔ̀r dont la dernière partie dɔ̌k-ɗɔ̀r (ver.d/excréments) littéralement « vers de merde » associe les ‘larves de mouche ou asticots’ aux excréments. C’est une image déplaisante qui est bien attestée dans la vie quotidienne où la viande, soit parce qu’elle a été laissée à l’air libre trop longtemps, soit parce qu’elle a été mal boucanée, devient vite le lieu de prédilection des asticots.

45Dans plusieurs contes, le caca est au centre de plusieurs épisodes.

Du caca au miel

  • 14  Gbason, littéralement la « grande divinité » est un personnage qui accapare tous les biens que Wan (...)

46C’est l’aspect dépréciatif (odeur et souillure) du caca qui est illustré dans le conte de “La mare des animaux”. Après de nombreuses péripéties, Wanto ayant fait fuir Gbason14, repère ses réserves de maïs dans la partie supérieure d’un abri-grenier dont il est aussitôt précisé :

18.
  
  
  
  
  
  
  
  
  

ká
alors
hɔ̰́gɔ̰́
comme_ça
sɔ̰̀
à_excréter
gbàsɔ̰̀,
Npr
ɗɔ́r
caca

ɗɔ̀ɔ̀
sous.d
nɛ́
être-ess
ɗɔ̀r
caca
nɛ́
etre-ess
hɔ̰́gɔ̰́
comme_ça

fâl
abri-grenier
fàrá
endroit
kɔ́
de
zɔ̌m
énorme.d
dèkpè_dèkpè_dèkpè_dèkpè.
tout_mou.rd

   

Alors sous le grenier-abri comme ça c’est l’endroit à faire caca de Gbason (les WC de Gbason), c’est une énorme quantité de merde comme une mer de boue.

47Tout à l’idée de prendre des épis de maïs pour les manger en famille il monte sur la plateforme, et marchant imprudemment sur la couche de spathes étalées au sol, il passe au travers :

19.
  
  
  
  
  
  
  

ká
alors
ɗɔ̀r
caca
gɛ́tɛ́_gɛ́tɛ́_gɛ́tɛ́_gɛ́tɛ́,
en_une_grosse_masse_molle.rd
nú
bouche

pèà
acc.revenir.d
kɔ́
de
yé
inac.entrer
ʔé.
déjà

ték
inf.acc.tomber
gbàsɔ̰̀
Npr
bɔ́r
inf.acc.atteindre
  
  

  

Il retombe dans la merde de Gbason, qui forme une grosse masse molle et s’[y] enfonce jusqu’à la bouche.

48Dans cette situation pour le moins inconfortable, il lance un appel à sa femme Naa-nombol qui ne manque pas d’accourir lui demandant ce qui se passe :

  • 15 Parler particulier de Wanto qui remplace les ‘r’ par des ‘l’ comme dans le parler enfantin qu’on em (...)

20.
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  

nàá-nɔ̀mbɔ̂l !
Npr
ʔàrí
mettre_de_côté. enonciatif
ɗɔ̀rí
caca.anaph
ʔám
1S
ʔám
1S
kɔ́
de
mɔ̀
chose
sínɛ́.
en_partant
  
tɛ̌m.
corps.d.1S
tɛ́-fè.
v.inac.mourir

ʔár
imp.mettre_de_côté
ʔɛ̰́,
donc
  
yúnɛ́
en_ôtant
tèká
acc.tomber.d
tèká
acc.tomber.d
ɗáŋ
méchant
nǎm
rel.1S. d
ʔár
imp.mettre_de_côté
en_ôtant
mí
1S
  
  

ɗɔ̀rí
caca.anaph
ʔár
imp.mettre_de_côté
  
tɛ̌m,
corps.d.1S
ɗɔ̀l15
caca
ɗɔ̀l
caca
mà
ind.
ndàkà
acc.poursuivre.d
yúnɛ́
en_ôtant
  
ʔàm
1S.sub
  
  

  

Naa-nombol ! Ôte donc cette merde, ôte cette merde de mon corps ! Je suis tombé dans de la merde. Je suis tombé dans la merde de cette méchante chose que je poursuivais. Ôte-la de mon corps ! Moi je vais mourir.

21.
  
  
  
  
  

ʔá̰-nɛ̀
voilà_que
tɛ́
à
gbàsɔ̰̀
Npr

nàá-nɔ̀mbɔ̂l
Npr
ɗɔ̀r
caca
hɛ̰̀
ce

dùkà
acc.rester.d
kɔ́
de
  
  

Voilà que Naa-nombol s’attelle à la merde de Gbason ici,…

49Elle parvient à le dégager et à le tirer au sec. Wanto court aussitôt se laver dans la mare des oiseaux qu’il aperçoit non loin de là. Il se lave longtemps et, une fois sorti de l’eau, constatant que la goutte d’eau restée au coin de sa bouche est toute sucrée, il s’écrie :

22.
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  

mɔ̀
chose
kɔ́
de
tèká
acc.tomber.d
ɲɔ̀ká,
acc.être_doux
ká
alors
mà
ind
gɔ̀
quoi

nɛ́
etre-ess
gbàsɔ̰̀
Npr
sɛ̀nɛ́ɛ̀
dedans.ins
ʔɛ̰́tɛ̰́-ʔɛ̰́tɛ̰́
sucré
ʔɛ̰̀
ceci
mɔ̀
chose
  
  

ɗɔ̀r
caca
nǎm
rel.1S. d
ʔá̰-nɛ̀
voilà_que
náà !
disc
nɛ́
etre-ess
gà
comme.interrogatif
  
  

  

Serait-ce la merde de Gbason dans laquelle je suis tombé qui est douce et vraiment très sucrée, se demande-t-il ? Alors ça, c’est quelque chose comme quoi ?

50Et, s’étant léché le corps, il va puiser un peu d’eau et s’aperçoit qu’elle est sucrée comme du miel !...

51Dans ce conte, l’engloutissement dans cette masse de merde fait rire et la tâche qui incombe à son épouse est particulièrement dégoûtante. Ceci rend encore plus cocasse le retournement de la situation lorsque se baignant dans l’eau sucrée de la mare des oiseaux, il se demande si ce pourrait être le goût des excréments de Gbason. La situation scabreuse dans lequel Wanto s’est retrouvé n’étonne personne, car il est coutumier du fait. Ne sachant résister au plaisir que promettent soit une bonne nourriture soit une danse, il accumule les situations qui pourraient être dramatiques s’il ne parvenait toujours à les retourner en sa faveur grâce à sa ruse, signe de son intelligence qu’il met d’ailleurs au service de tous. C’est ainsi qu’il est le héros civilisateur des contes gbaya. Représentant la complexité de chaque être humain, il a toujours l’indulgence et le soutien du public. Le conte qui suit (“Wanto qui vivait dans un fromager”) est un bon exemple du comportement de ce personnage.

Du caca à l’anti-nourriture

52Le terme d’anti-nourriture utilisé pour désigner un déchet qu’on propose comme une nourriture chez Aristophane (Jay-Robert, 2009, 149) est couramment employé dans des études sur les littératures orales (Görod-Karady, 1997, 130) et spécifié comme « Les excréments et leur odeur nauséabonde symbolisent à la fois l’animalité, l’anti-nourriture, le poison, le mépris et la haine » (Blanchon, 1997, 194).

53C’est le point de vue manifesté par le conte de “Wanto qui vivait dans un fromager”. Gbason ayant découvert le mot de passe parvient à monter dans le fromager d’où il menace toute la famille de Wanto. Ce dernier parvient en rusant à l’en expulser mais se fait peu après capturer par Gbason qui tient alors à se venger. Pour ce faire, il le ligote dans une sacoche qu’il place sur une branche en haut d’un arbre en attendant de revenir avec du bois pour préparer le feu où il le cuira avant de le manger. Wanto appelle en vain tous ceux qui passent auprès de cet arbre pour se rendre à une fête dans le village voisin, mais tous refusent lorsqu’ils entendent le nom de Gbason. Enfin ŋmán-pḭ́-nù-géè dont le nom signifie littéralement « Casse et jette à terre sans raison » décide, lui, de détacher Wanto et de partir ensuite avec lui à la fête. Or il est alors précisé que :

  • 16  C’est bien sûr sous l’effet de la peur, mais cela n’est pas explicitement indiqué, comme cela l’ét (...)

23.
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  

wàntò
Wanto
ɗɔ̀r
caca
gásá
grand
ŋmán-pḭ́-nù-géè
Npr
sí-ɗòŋ,
à_nouveau
hɛ̌n
dans.d
gèrà
fromager
ɗɔ̀ɔ̀rí
caca.anaph
gáí
inf-acc.suspendre
gèrà
fromager

sɔ̰̀ɔ̰̀
acc.excréter.d
hɔ̰́gɔ̰́ɔ̰́ɔ̰́
comme_ca.dur
ɓólòí
sacoche.anaph
bá,
inac.prendre
nɛ́
inac.aller
ʔòwáà
à_la_place.def
mɛ̀,
là-bas
sí-ɗòŋ,
à_nouveau
ʔòwáà
à_la_place.def
mɛ̀.
là-bas

sɔ̰́
rev
dún
inf-acc.remplir
híɲɛ́ɛ́.
saturé
ya̍k
inac.partir
gáí
inf-acc.suspendre
ká
au_faîte.d
bá
inac.prendre
nɛ́
inac.aller
ká
au_faîte.d
  
  

  

Wanto avait tellement déféqué que la sacoche était pleine à ras-bord16. ŋmán-pḭ́-nù-géè la prend et retourne la suspendre à la place qu’elle occupait dans le fromager. Il reprend les excréments et retourne les suspendre à la même place en haut de l’arbre.

54Peu après Gbason revient et prépare un grand feu pour avoir beaucoup de braises. Il monte ensuite à l’arbre et décroche la sacoche qu’il redescend et jette dans le feu, ça grésille. Vous savez bien que ce sont des excréments qui remplissent la sacoche, précise le conteur à l’intention de l’auditoire. C’est lourd, aussi lourd que Wanto. C’est vraiment lourd. La sacoche reste donc dans le feu à brûler, entourée de flammes. Gbason se réjouit du sort de Wanto :

24.
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  

kpúŋ
énorme
fṵ̀á
acc.péter.d
té-wèè
sur_feu
mɛ́
2S
mbàngá !
acc.éclater
fà̰à̰à̰,
en_crépitant.dur
ʔám
1S
tɛ́-ɲɔ̀ŋmɛ́
virt-inac.manger.2S
tɛ́-ɲɔ̀ŋmɛ́.
virt-inac.manger.2S
kàɗì
inf-acc.finir.interrogatif

ká
alors
kɔ̀
intérieur.d
mɛ̀.
là-bas
zɔ̀ká
acc.voir.d
nɔ́í
inac.bouillir
mbàngà
acc.éclater.d
tɔ̰̀áà
acc.dire.d.ins
sɔ́sɔ́ɔ̀.
aujourd’hui
yíkmɛ́
œil.2S
ʔè 
déjà

ɗɔ́r
caca
ɓólò
sacoche
mɛ́ !
2S
zàŋmɛ́
ventre.2S
nɛ̀nɛ́
inst
sí-ɗòŋ.
à_nouveau
ʔám
1S
ʔám
1S
mbàngà
acc.éclater.d
  
  

   

Bruyamment les excréments pètent dans la sacoche sur le feu là. Toi, t’as vu ton ventre a éclaté ! Ça continue à bouillir en crépitant, ça éclate à nouveau. Je l’ai bien dit que je te mangerai aujourd’hui. Je vais te manger. Tes yeux n’ont-ils pas déjà éclaté ?

55Les excréments ont longtemps brûlé avec la sacoche qui est toute raide. Le feu a refroidi. Gbason prend un bâton pour pousser hors du feu cette chose qui a complètement brûlé, s’en saisir et la manger :

25.
  
  
  
  
  
  
  

kà
quand
wó
vraiment
hɔ̰́gɔ̰́,
comme_ça
ɗɔ̀r
caca

gbàsɔ̰̀
Npr
ká
alors
hɔ́láì
isol.mou_sp
ʔá̰
etre-

kɔ́tí
inac.pousser_avec_un_bâton
kɔ̀tà
acc.pousser.d
ká
alors
hɛ̰̀.
ci

  
  

Quand Gbason pousse [la sacoche] avec un bâton, il la pousse avec un bâton comme ça. C’est tout mou ! De fait ce sont des excréments !

56En fin de compte, Gbason ne consommera pas cette anti-nourriture. Mais la méprise de Gbason qui le conduit à se réjouir de ce qu’il croit être la cuisson de son ennemi alors que tous savent qu’il s’agit d’excréments provoque bien sûr les rires dans l’assemblée. Gbason est l’ennemi attitré de tous les hommes et le retournement de la situation en faveur de Wanto qui, tout en échappant à son courroux, le ridiculise, réjouit tout le monde.

Du caca comme provocation

57Dans le conte de “La fille-poisson” qu’a épousée un jeune garçon, la nouvelle épouse se heurte à l’animosité de sa belle-famille qui n’accepte pas ce mariage. Ceux-ci ne respectent pas l’interdit que leur a clairement indiqué le jeune homme, ce qui conduira la jeune épouse à retourner dans la rivière, parmi les siens, abandonnant un mari qui n’a pas su la protéger.

58Dans une version racontée par une femme, la fille-poisson va par son comportement provoquer sa belle-famille et précipiter de façon spectaculaire le dénouement. En effet, non contente de refuser d’accompagner la femme du frère aîné de son mari dans ses activités, elle se révèle gourmande mais surtout souille toute la maison en faisant caca partout :

26.
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  

ʔèé
Puis.d
ɗɔ̀rrr
caca.dur
kpánààà,
poterie.dur
ʔòé.
aussi
ɗɔ̀r
caca
ʔòé.
aussi

ʔà̰
3S
hár
inf.acc.aligner
ngbàrà
entre.d
ʔà̰
3S
hár
inf.acc.aligner
  
  

sɔ̰́
inac.excréter
ngbàrà
entre.d
kútùà
maison
sɔ̰́
inac.excréter
sɛ̀nɛ́
dedans
  
  

   
   

Puis elle fait des cacas qu’elle aligne au milieu des poteries, au milieu de la maison aussi. Elle fait des cacas qu’elle aligne dedans aussi.

59Lorsque sa belle-sœur rentre à la maison, elle découvre l’importance de la souillure. Le premier signe d’alerte est la présence de mouches évoquées ici par leur bourdonnement :

27.
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  

hɔ̰̀ɔ̰̀ɔ̰̀
en_bourdonnant.dur
hɛ̰̀.
ici
gèɗà
manioc
mɛ̀.
là-bas
  
ʔá̰
etre-loc
ʔà̰
3S
ɗɔ̀r
excréments
nɛ̀mɛ́
rel.2S.d
ʔínı̌m,
contre. d.1S
ɗɔ̀r
excréments
ʔòé,
aussi
gèɗà
manioc
ndé?
est-ce-que

ɗɔ̀r
excréments

3P

vers
hɔ̰̀ɔ̰̀ɔ̰̀
en_bourdonnant. dur
hɛ̰̀.
ici
hóó
oh
mɔ́
appos
dɛ̀ɛ́
acc.faire.d
mɛ̀
2S.et_donc
kpá
inf.acc.trouver
ʔéí
LogS

vers
  
  

ʔá̰
etre-loc

inac.prendre
kútùà
maison
ɗɔ̀r
excréments
  

mais
zɔ́ŋá-zòrò
Npr
ʔɛ̰̀
celui-ci
bɔ̀ɔ̀
donc
sɔ̰́
inac.excréter
kútùà
maison
tɛ́-ʔè
virt.inac.poser
dí-gè
où
  
  

  
  
  
  

Des mouches bourdonnent, il y a du caca ici. Elles portent le manioc dans la maison là-bas. Des mouches bourdonnent, il y a du caca ici. Mais oh ! Fille-poisson ce caca que voici que tu as bien sûr fait pour m’ennuyer, tu as fait caca partout dans la maison aussi, où vais-je poser le manioc ?

60L’épouse, en s’entendant appeler « fille-poisson », déclare aussitôt qu’elle retourne auprès des siens. Au retour du mari qui ne voyant plus sa femme demande des explications, la fillette de son frère aîné commence ainsi :

28.
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  

ʔówà,
dis_donc
pèà
acc.revenir.d
mɛ̀
ce_là-bas
nàá-yè
maman
ʔá
inf-acc.poser
ɓɛ́t_ɓɛ́t_ɓɛ́t
entièrement.dur

bààbáà,
père
tɛ̀

wó
vraiment
sɔ̰̀ɔ̰́
acc.d.xcréter.d
ngbàrà
entre
ʔòé.
aussi

ʔɛ́ɛ́
1P
gèɗà
manioc
ká
alors
ɗɔ̀r
excréments
kpánà
poterie
  
  

   
  

Écoutez, papa, nous sommes bien rentrées du manioc et la maman avait fait caca partout partout entre les poteries aussi.

  • 17  Il s’agit alors de la mère du garçon, sa belle-mère qui nomme sa belle-fille « fille poisson » san (...)

61Dans ce cas, l’attitude provocante de la nouvelle épouse diminue la responsabilité de l’épouse du frère aîné, ce qui n’est pas le cas dans les autres versions de ce même conte17 où la volonté de transgresser l’interdit semble n’avoir aucune autre justification que le refus de ce mariage particulier. Contrairement aux deux contes précédents, le personnage de la fille-poisson utilise volontairement ses excréments pour produire une souillure.

Le caca thème d’un conte

  • 18  Il s’agit d’une mère et de ses deux fillettes aigle, ce qui n’est linguistiquement perceptible qu’ (...)

62Dans le conte de “Pourquoi l’eau tue les gens”, la défécation est plus qu’un épisode, elle est au centre même du conte. Il s’agit d’un aigle qui a fait son nid au sommet d’un fromager au milieu d’une rivière. Devant aller chercher de la nourriture pour ses deux petites, la mère aigle18 leur fait la recommandation suivante :

29.
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  


alors

pour_que_ne_pas
sɔ̰́
inac.excréter

eau
pı̰́
inf-acc.jeter
ná,
neg
ɗɔ̀ɔ́
sous.d
mɛ̀
2S.inj

puis
táá
vers
há̰à̰
pour_que.3S
pı̰́
inf-acc.jeter
nɛ̀mɛ́
dans_ces_conditions.2S.d
sɔ̰́
inac. excréter

eau
hı̰̀ı̰́
ce_là

ɗɔ̀r
excréments
dɛ́
inac.faire
pı̰́
inf-acc.jeter
ná,
neg
ɗɔ̀ɔ́
sous.d
sɔ̰́
inac.excréter

eau
ngbɔ́à
inj-inac.accompagner.3S
mɛ̀
2S.inj
zân
savane
sɔ̰́
inac.excréter
sɛ̀nɛ́.
dedans
tɔ̰̀á
acc.dire
pı̰́
inf-acc.jeter
wó,
vraiment
tɛ́-gbɛ̀nɛ́
virt-inac.tuer.2P

nɛ́-ɲìmànɛ́,
hypo-acc.faire_souffrir.d.2P
hɛ́nɛ́
pour_que.2P
ɗɔ̀ɔ́
sous.d
sɔ̰́
inac.excréter

eau
pı̰́
inf-acc.jeter
ná,
neg
bèè.
vite
yák
inj-inac.partir
mɛ̀
ce_là-bas
ɗɔ̀rí
excréments.anaph
ʔèé
puis.d
kéí
alors.logS
ɗɔ̀ɔ́
sous.d

eau
ʔòkpóŋ.
totalement

  
  
  
  

Quand vous avez envie de faire caca, il ne faut pas faire caca dans l’eau, pas faire caca dans l’eau, pas faire caca dans l’eau. Accompagne-la vite. Puis, va dans la brousse là-bas pour qu’elle y fasse caca. Car si tu dis que tu fais vraiment caca dans l’eau, cette eau-là vous tuera toutes les deux.

63Ayant bien expliqué qu’elle part très loin chercher de la nourriture, elle s’en va. Peu après :

30.
  
  
  
  
  

tíkíɗí
un_peu
ʔó
pol
ʔà̰
3S


petit
dàà!
soeur_aînée
ɲìmáà
acc.faire_souffrir.ins

ɲáìí
frère/sœur.anaph
ɗɔ̀r
excréments

1S

  

La toute petite sœur dit : « Sœur aînée ! J’ai très envie de faire caca. »

64La sœur aînée réagit aussitôt et propose de l’emmener sur la terre ferme, mais c’est trop tard :

31.
  
  
  
  
  

ʔéì
zut
ʔám
1S
ɗɔ̀ɔ́
sous.d

ʔó
pol
sɔ̰̀ɔ̰̀
inac.excréter

eau

dàà
soeur_aînée
pı̰́
inf-acc.jeter
ʔè
déjà

« Zut sœur aînée j’ai déjà fait caca dans l’eau. »

65La mère revient une première fois à temps, mais la seconde fois est fatale aux enfants qui sont engloutis par l’eau. Et de conclure que c’est depuis ce jour-là que l’eau peut tuer des gens :

32.
  
  
  
  
  
  
  
  
  

ʔá̰
voilà_que
kpɔ́k
le_même
sɔ̰̀ɔ̰̀
acc.excréter.d
yì
eau
yì
eau

mɛ̀
chose
ɗɔ̀r
excréments
pı̰́
inf-acc.jeter
yɛ̀,
en_effet
dɛ̀ɛ̀
acc.faire.d

nɛ́
etre-ess
nàá
rel.3S.d
ɗɔ̀ɔ́
sous.d
sá
mais
gbɛ́yɛ́ɛ́
inf-acc.tuer.1P

  
  

Et c’est en effet ce même caca qu’elle a fait dans l’eau qui fait que l’eau nous tue.

  • 19  Alors que certaines populations pensent l’eau comme l’endroit adéquat pour faire leurs besoins.

66De fait personne ne fait jamais caca dans l’eau des petites rivières qui sillonnent le terroir gbaya, ni même au bord de l’eau19 bien qu’en dehors de ce conte cela ne soit jamais explicitement prescrit comme tel.

67Il convient de souligner que la construction signifiant ‘avoir envie d’aller à la selle’ utilise un verbe de sensation, le verbe transitif « faire souffrir » ɲim qui a comme sujet le stimulus ɗɔ̀r et comme complément l’expérient. Cette construction qui souligne l’absence de contrôle de ce dernier sur ce phénomène serait mieux rendue par le terme ‘besoin’ qu’on emploie d’ailleurs quand en français on parle d’‘aller faire ses besoins’. Dans le cas de l’urine en particulier, cette absence de contrôle joue certainement un rôle dans le fait que le pipi au lit n’est jamais réprimandé, même si on a des remèdes pour le soigner. Ainsi quand un enfant déjà grand est atteint d’énurésie, il n’est pas l’objet de moqueries, mais on attend de lui qu’il prenne en charge l’exposition au soleil quotidienne de la natte sur laquelle il dort. Par contre la construction utilisée pour dire ‘faire caca ou pipi’, n’utilise pas un verbe de sensation, mais un verbe ordinaire transitif « excréter » sɔ̰ dont l’individu est toujours l’acteur. Il doit donc pouvoir de ce fait contrôler à volonté le processus. C’est d’ailleurs en ces termes que l’exigence d’un contrôle est posée par l’aigle, ou que la fille-poisson manifeste sa volonté de provoquer sa belle-famille, ou encore que l’enfant de la tortue urine intentionnellement sur la torche pour l’éteindre.

68Dans ces trois cas, le personnage est celui qui agit, il a l’initiative du procès. Ainsi, contrairement aux devinettes ou aux proverbes, dans les contes c’est cette mise en scène volontaire du pipi comme du caca qui est exploitée.

Conclusion

  • 20  De l’invective à la jubilation. Le scatologique dans l’œuvre de Rabelais, PDF 130219 de l’École Al (...)

69Au terme de ce parcours qui a permis d’appréhender la conceptualisation gbaya du domaine du scatologique, il ressort que le vocabulaire utilisé a le plus souvent une valeur notionnelle beaucoup plus large (déchet, excréter, AA qualificatifs, etc.) sans connotations qui le réduirait au seul domaine scatologique comme cela se produit en français dont Michel Renaud20, parlant de Rabelais, précise :

… le scatologique, discours sur le déchet, l’immondice, discours immonde, est – comme son objet – difficilement récupérable. Il marque une régression, procède de préoccupations dégradantes, d’obsessions infantiles ou séniles et, dans le même temps, il rétablit une coïncidence intolérable entre le signe et la chose signifiée. Il conjugue la trivialité du vocabulaire, la complaisance verbale et la référence excrémentielle.

70Le vocabulaire gbaya est neutre et tout au long de cette présentation on a pu voir les difficultés rencontrées pour traduire le plus fidèlement possible ces termes en français où chaque contexte d’emploi pousse à choisir le registre qui semble le mieux adapté. Ce faisant, cette ‘surcharge’ sémantique n’est pas conforme à l’expression du gbaya qui n’a pas de vocabulaire scatologique spécifique.

71L’utilisation de ce vocabulaire dans les devinettes exprime la conception que les Gbaya en ont, pointant les spécificités de chacun d’entre eux, sans faire intervenir un jugement de valeur. Celles-ci donnent seulement à voir des images qu’il convient d’identifier. Dans les proverbes, au-delà des images déjà présentées, un jugement dépréciatif apparaît qui cible la mauvaise odeur des excréments et la souillure qui va avec. Le caca devient alors l’élément type qui va provoquer le dégoût sur lequel le proverbe invite à réfléchir voire à le dépasser. Dans les contes, le pipi mais surtout le caca deviennent des éléments que les personnages mettent en scène pour créer des situations comiques, exploitant en particulier pour ce dernier ses côtés dépréciatifs.

Haut de page

Bibliographie

Bertaud du Chazaud, Henri, 1971, Nouveau dictionnaire des synonymes, Paris, Hachette-Tchou.

Blanchon, Flora, 1997, Enfances, Paris, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, coll. « Asie ».

Flaubert, Gustave, 1964, Les œuvres de Gustave Flaubert, t. vii : Correspondance 1853-1856, Lausanne, Éditions Rencontre.

Görög-Karady, Veronika, 1997, Univers familial dans les contes africains : liens du sang, liens d’alliance, Paris, L’Harmattan.

Jay-Robert, Ghislaine, 2009, L’invention comique : Enquête sur la poétique d’Aristophane, Besançon, Presses Universitaires de Franche Comté.

Renaud, Michel, De l’invective à la jubilation. Le scatologique dans l’œuvre de Rabelais. Résumé d’un article publié dans Cahiers Textuel, no 34/44, S.T.D., Université Paris 7, no 4/5, 1989.

Rey, Alain (dir.), 1994, Dictionnaire historique, Paris, Le Robert, Édition du Club France-Loisirs.

Roulon-Doko, Paulette, 1992, Traduction d’un conte gbaya : Les deux filles et la balançoire, L’immature, 4, septembre-novembre, p. 46-47.

Roulon-Doko, Paulette, 2004, Les devinettes en pays gbaya, in P. Boyeldieu et P. Nougayrol (éds), Terrains d’Afrique, Hommage à F. Cloarec-Heiss, Louvain, Peteers, p. 121-135.

Roulon, Paulette et Doko, Raymond, 2009, La parole pilée : accès au symbolisme chez les Gbaya ’bodoé de Centrafrique, Cahiers de Littérature Orale, no 66, Paris, Publications Langues’O, p. 217-232. [1ère éd. 1983, Cahiers de Littérature Orale, no 13, p. 33-49].

Haut de page

Notes

1  Dans cet article, il y a différents niveaux de guillemets : « chevrons » pour les traductions françaises des termes étrangers, ‘simples’ pour les différentes entrées, expressions, qualificatifs et autres et “doubles” pour les citations.

2  Les Gbaya sont une population d’environ un demi-million de personnes qui occupent un territoire situé pour les quatre cinquième à l’ouest de la République Centrafricaine et pour le dernier cinquième au centre est du Cameroun. Le groupe numériquement le plus important appelé ‘Gbaya kara’ ou ‘Gbaya du Nord’ est subdivisé en plusieurs sous-groupes dont font partie les Gbaya ’bodoé chez lesquels je travaille. Ceux-ci forment un groupe homogène d’environ cinq mille personnes réparties en une quarantaine de villages au sud-ouest de Bouar (R.C.A.).

3  Bien distinct du terme pàyà « détritus, ordure » qui désigne les déchets végétaux.

4  Qui réfère au bas-ventre.

5  Le méconium dont on souligne la couleur très noire est appelé en gbaya tárí ou ɗɔ̌r-dìŋɔ̀ɛ̀ (~/arbre sp.) car il peut contenir des petites boulettes qui rappellent les fruits de cet arbre.

6  Les abréviations utilisées dans le mot à mot sont : acc accompli ; anaph anaphorique ; appos appositif ; d déterminant tonal ; def défini ; dur duratif ; ess essentiel ; inac inaccompli ; inf infinitif ; imp impératif ; ins intensif ; inst instrumental ; loc locatif ; log logophorique ; neg négation ; Npr nom propre ; pl pluriel ; rel relatif ; rev révolu ; rd intensif ; sub subordinatif ; virt virtuel ; et pour pronoms personnels 1, 2, 3 selon les personnes suivi de S pour le singulier et de P pour le pluriel.

7  Le « ver de terre » sɔ̰̀-pɛ̀ŋ signifie littéralement ‘à déféquer/ver long’ car ses excréments en forme de tortillons ressemblent à de longs vers.

8  Fiente globuleuse plus ou moins dure de certains animaux (TLF).

9  Matière fécale (de l’homme ou de certains animaux) consistante et moulée (TLF).

10  Ce terme peut désigner aussi bien le beau-père que la belle-mère, que les deux, ce qu’en français local les gens rendent par le terme « beau ou beaux » selon les cas.

11  Il existe d’ailleurs un verbe « faire gicler, projeter » ɗɛr qui s’applique spécifiquement à l’urine.

12  C’est la formulation la plus courante pour introduire les devinettes.

13  Wanto est le héros civilisateur des contes. Son nom qui signifie littéralement le « maître des contes » désigne également l’araignée. C’est un personnage complexe, homme, divinité et araignée.

14  Gbason, littéralement la « grande divinité » est un personnage qui accapare tous les biens que Wanto systématiquement récupère pour en faire profiter tous les hommes.

15 Parler particulier de Wanto qui remplace les ‘r’ par des ‘l’ comme dans le parler enfantin qu’on emploie pour parler aux petits enfants afin qu’ils acquièrent bien la position de la langue du son ‘l’ avant de pouvoir produire un ‘r’ à un seul battement.

16  C’est bien sûr sous l’effet de la peur, mais cela n’est pas explicitement indiqué, comme cela l’était pour le pipi comme signalé plus haut.

17  Il s’agit alors de la mère du garçon, sa belle-mère qui nomme sa belle-fille « fille poisson » sans aucune provocation de sa part.

18  Il s’agit d’une mère et de ses deux fillettes aigle, ce qui n’est linguistiquement perceptible qu’une fois le conte déjà bien avancé, avec l’emploi de « sœur aînée » parallèlement au terme « frère/sœur » ne pouvant référer alors qu’à un ego féminin.

19  Alors que certaines populations pensent l’eau comme l’endroit adéquat pour faire leurs besoins.

20  De l’invective à la jubilation. Le scatologique dans l’œuvre de Rabelais, PDF 130219 de l’École Alsacienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paulette Roulon-Doko, « Pipi, caca : comment en parle-t-on chez les Gbaya ? », Cahiers de littérature orale, 71 | 2012, 53-78.

Référence électronique

Paulette Roulon-Doko, « Pipi, caca : comment en parle-t-on chez les Gbaya ? », Cahiers de littérature orale [En ligne], 71 | 2012, mis en ligne le 17 avril 2014, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://clo.revues.org/1464 ; DOI : 10.4000/clo.1464

Haut de page

Auteur

Paulette Roulon-Doko

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de littérature orale est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page