Navigation – Plan du site
In Memoriam

In Memoriam Geneviève Calame-Griaule

Comité de rédaction

Au moment de mettre sous presse le numéro 71, c’est avec tristesse que nous vous informons du décès le 23 août 2013 de Geneviève Calame-Griaule, qui a participé à la création en 1976 des Cahiers de littérature orale et les a animés durant plus de trente-cinq ans.

Sa disparition est douloureusement ressentie par ses collègues et amis du comité de rédaction des CLO, par la communauté des chercheurs en ethnolinguistique et par tous ceux qui se sont investis dans l’étude de la littérature orale et des pratiques langagières. Pionnière dans ces domaines, nombre d’étudiants se sont nourris de sa pensée, et de ses théories, tant à l’INALCO qu’à Paris III. La revue reviendra sur sa pensée novatrice et ses apports théoriques fondamentaux concernant la parole et les déploiements littéraires de l’oralité.

On rappellera simplement aujourd’hui qu’après une formation en lettres et philologie classiques et des études d’arabe aux Langues’O, elle accompagne Marcel Griaule sur le terrain dès 1946 avec pour mission la réalisation du dictionnaire de la langue parlée à Sangha, au coeur de la falaise dogon.

Agrégée de grammaire et passionnée depuis l’enfance par les récits de son père, elle semble être la bonne personne pour combler le manque d’études linguistiques, sur ce terrain dogon où Griaule et son équipe enquêtent depuis 1931.

Dans son apprentissage de la langue, elle rencontre dès le départ la littérature orale – sous la forme de petites fables que lui racontent les enfants, ses premiers professeurs de dogon – qui retient son attention dans la mesure où elle participe du processus d’acquisition simultanée de la langue et de la culture. Peu à peu elle parvient à la question fondamentale de la parole, à la manière dont on l’acquiert et dont on la produit, à ses fondements mythologiques et aux rôles qu’elle joue dans la vie sociale. En 1965, elle publie chez Gallimard cet ouvrage fondamental, Ethnologie et langage. La parole chez les Dogon, introuvable pendant longtemps, de nouveau disponible chez Lambert-Lucas depuis 2009.

Comprenant que comme toute parole, les contes n’ont de sens qu’en relation au contexte culturel dans lequel ils sont énoncés, elle élabore des méthodes d’enquête et d’analyse novatrices qui l’imposent comme pionnière de l’ethnolinguistique en France. Nommée directrice de recherche au CNRS, c’est toute une équipe de chercheurs qu’elle conduit dans cette direction, dirigeant de nombreux travaux collectifs.

Afin d’aborder l’étude de la littérature orale en performance et de toujours tenir compte des quatre éléments principaux que sont le « texte (message) », le « contexte », l’« agent transmetteur » et la « langue », elle entreprend de travailler avec des conteurs en situation. Le style oral retient son attention car, si sa formation classique lui permet d’étudier les procédés littéraires mis en oeuvre au niveau linguistique, gestes, mimiques et postures lui semblent également devoir être analysés pour une meilleure appréhension de l’énonciation d’un conte. Pour cela, elle utilise très tôt la photographie, puis le film, grâce à la collaboration d’Edmond Bernus avec qui elle part enquêter auprès d’un groupe de Touaregs (Isawaghen) au Niger.

Ces nouvelles techniques d’enquête, peu évidentes à mettre en oeuvre sur le terrain à l’époque (années 1970-1980), lui permettent de travailler sur l’amplitude de la gestuelle des conteurs et de faire des analyses comparatives à partir des différences relevées entre femmes, jeunes hommes nobles, forgerons ou descendants d’esclaves, chacun racontant non seulement à sa manière, mais également selon ce que lui permet son statut dans la société. Une partie de cet abondant et passionnant corpus a été publié en 2002 dans son ouvrage, Contes tendres, contes cruels du Sahel nigérien, magnifique recueil où ses commentaires redonnent vie aux textes.

  • 1 Graines de parole, puissance du verbe et tradition orale. Textes offerts à Geneviève Calame-Griaule(...)

Retraitée active et fidèle à ses passions, elle a dirigé notre revue jusqu’en 2011, continuant de participer à diverses manifestations scientifiques ou rencontres littéraires. Tout au long de sa vie de chercheur, Geneviève Calame-Griaule a semé des « graines de paroles »1. À nous tous aujourd’hui, qui en avons été nourris, de prendre le relais. « Les contes sont comme la marche, il n’y a pas de limite. Quand l’un ne sait plus d’histoire, un autre reprend. C’est comme la marche du monde dont personne ne connaît la limite. » (C.G.C., 2009, p. 501)

  • 2 Nous reviendrons dans un futur numéro sur l’immense contribution qu’elle a apportée à notre domaine (...)

Ouvrages essentiels de Geneviève Calame-Griaule2

1965, Ethnologie et langage. La parole chez les Dogon, Paris, Gallimard, (réédité en 2009 aux éditions Lambert Lucas).

1968, Dictionnaire dogon, dialecte toro, langue et civilisation, Paris, Klincksieck.

1987, Des Cauris au marché. Essais sur des contes africains, Paris, Mémoires de la Société des africanistes.

1991, Le renouveau du conte, Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique.

2002, Contes tendres, contes cruels du Sahel nigérien, Paris, Gallimard.

2006, Contes dogon du Mali, Paris Karthala – Langues’O, Paroles en miroir no 3.

Notes

1 Graines de parole, puissance du verbe et tradition orale. Textes offerts à Geneviève Calame-Griaule, Paris, Éditions du CNRS, 1989.

2 Nous reviendrons dans un futur numéro sur l’immense contribution qu’elle a apportée à notre domaine de recherche, et présenterons sa bibliographie exhaustive.

Haut de page