Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Estudis de Literatura Oral Popular/Studies in Oral Folk Literature

Tarragona, Publicacions URV.
Josiane Bru

Texte intégral

1La revue Estudis de Literatura Oral Popular/Studies in Oral Folk Literature est publiée en ligne et sur papier par l’Arxiu de Folklore du Départament de Filologia Catalana de l’Université Rovira i Virgili à Tarragona (Catalogne). Cette publication annuelle est dirigée par Carme Oriol, co-auteur avec Josep Maria Pujol de l’Index of Catalan Folktales paru en 2008 à Helsinki dans la prestigieuse collection des Folklor Fellows Communications. La très active collaboration d’Emili Samper a permis la publication en quelques mois de deux numéros.

2Définie comme une plateforme d’échange sur la littérature orale, la revue affirme tout autant sa vocation à donner à lire les travaux catalans sur ce domaine que son ouverture à l’international. C’est pourquoi elle est publiée en catalan et en anglais mais accueille aussi d’autres langues, principalement romanes comme l’aragonais, le castillan, le français, le galicien, l’italien, l’occitan et le portugais. Disponible en ligne, en libre accès, elle peut être commandée en version imprimée, dans un format simple et maniable. Chaque article est précédé d’un résumé dans la langue de sa rédaction ainsi qu’en catalan et en anglais.

3No 1, 2012, «La figura i l’obra dels Germans Grimm»

4Ce premier numéro est un hommage à Josep-Maria Pujol, prématurément décédé en 2012, qui dirigea l’Arxiu de Folklore et participa au projet jusqu’à ses derniers jours. Il est composé d’un dossier de six articles issus de la journée d’études organisée à l’URV par le groupe Arxiu de Folklore à l’occasion du deux-centième anniversaire de la parution du premier volume des Kinder-und Hausmärchen, et de quatre comptes rendus critiques de publications récentes, essais ou recueils.

5Différents aspects de l’œuvre des frères Grimm y sont abordés. Hans-Jörg Uther expose le processus de constitution du recueil « définitif » et aborde les travaux de recherche qu’il a suscités en relation avec les événements qui leur ont donné lieu. Nicole Belmont réexamine le projet des Grimm et montre comment leur tentative d’approche de la « chose narrative » (die Sache), très finement ressentie, se perd dans le succès de leur recueil auprès d’un public inattendu, mais dont l’intérêt n’a jamais fait défaut depuis deux cents ans. Cet engouement se prolonge au xxie siècle dans des productions cinématographiques mêlant avec plus ou moins de bonheur biographie et contes : Emili Samper montre comment, du livre à l’écran, les frères Grimm deviennent des personnages de contes fantastiques issus de leur propre recueil.

6Deux contributions seulement concernent en priorité la Catalogne. Carme Oriol établit et analyse le corpus de contes directement traduits de l’allemand au catalan et publiés sous forme d’anthologies, l’ensemble des Contes d’infants e de la llar n’ayant jusqu’ici jamais été traduit. Maria Riutort effectue une enquête fouillée sur les plantes et les animaux présents dans les KHM et leur nom catalan dans la traduction de Carles Riba en 1919-1921.

7Le dossier se clôt sur un travail de Christine Shojaei Kawan qui revient sur Chaperon rouge, le conte « le plus connu du monde » du fait de la diffusion des versions de Perrault et des Grimm. Elle y reprend, entre autres éléments, la question du choix du chemin pour aller chez la grand’mère, présente seulement chez l’écrivain français et qui a été magnifiquement explorée par Yvonne Verdier (CLO, no 4, 1978). Un ensemble d’illustrations accompagnant les articles de H.-J. Uther, C. Oriol et E. Samper donnent à voir l’évolution et la variété de la réception de l’œuvre des Grimm par ses différents éditeurs.

8N2, 2013, «Al voltant de les rondalles : les formes breus de la narrativa oral»/“The Folktales: Short Forms of Oral Narratives

9Le dossier central du second numéro, mis en ligne fin 2013, présenté par Emili Samper Prunera, rassemble quinze contributions sur la question du récit bref qui fit l’objet de la septième rencontre GRENO/ERGON à l’Université Rovira i Virgili. Comme à chacune de ces rencontres, des chercheurs du pays invitant viennent se joindre à la réflexion des membres du Groupe de recherche européen sur les narrations orales/European Research Group on oral Narratives qui utilisent, tout en le mettant en question, le précieux outil de travail qu’est la classification de Aarne et Thompson.

10Selon la bonne tradition universitaire des chercheurs en littérature qui, de l’autre côté des Pyrénées, confrontent les versions de contes oraux recueillis par les folkloristes et les récits populaires qui ponctuent, en particulier, les œuvres littéraires les plus prestigieuses du prestigieux Siècle d’or, Rafaël Beltran Llavador, étudie les transformations de deux petits contes présents dans la littérature écrite des xvie et xviie siècles et leur persistance dans l’oralité contemporaine. Paulo Correia, collaborateur du Catalogue of Portuguese Folktales d’Isabel Cardigos (Helsinki, 2006), examine lui aussi, dans l’écrit comme dans la tradition orale, les avatars ibériques du Trickster. Caterina Valriu Llinàs met en vis-à-vis les récits oraux traditionnels des Îles Baléares et leurs parallèles (ou sources) de l’Ancien Testament.

11Les répertoires oraux des différentes régions de la Péninsule ibérique sont très bien représentés dans ce volume qui met en avant la difficulté de classer les récits brefs et souligne les inévitables lacunes ou contradictions du cadre de classement en lui apportant des compléments

12À partir de la collecte catalane de quatre institutrices Laura Villalba Arasa s’attache à étudier l’Exemple moral (non représenté en tant que tel dans la classification internationale) sous son aspect de récit oral bref. Carlos Gonzalez Sanz, grand collecteur et éditeur d’un important corpus de contes populaires aragonais dont il publia en 1996 un premier catalogue, examine dans cette perspective un ensemble de contes facétieux courts recueillis à Valdejalόn. Camiño Noia Sanz met en évidence les apports de son Catálogo tipolόxico do conto galego de tradiciόn oral (2010) pour lequel elle a dû créer quarante-trois nouvelles entrées dont trente-trois dans la section des Contes facétieux et anecdotes. Mònica Sales de la Cruz montre également, à partir des contes publiés au xixe siècle en Catalogne, combien les corpus régionaux enrichissent la classification internationale. Joan Borja i Sanz recense et propose de classer en différents sous-types les diverses versions relevant du conte-type ATU 1699, traitant des malentendus provoqués par l’usage (ou le pseudo-usage) de langues différentes. Josep Temporal Oleart présente un cycle de contes relatifs à un même personnage (le curé de Vallfogona) dans un recueil manuscrit établi entre 1898 et 1923, dont il étudie les caractéristiques formelles.

13Rappelant que Stith Thompson considérait l’anecdote comme un genre plus adapté à la littérature écrite, Jaume Guiscafrè Danus tente, à partir d’un corpus inédit de quatre-vingt-quatre anecdotes recueillies à Marjorque, de cerner la nature de ce genre narratif autonome. Josiane Bru pose la question de la composition des diverses catégories de contes plaisants (contes d’animaux, de l’ogre dupé ou contes facétieux et anecdotes ainsi que quelques contes-nouvelles) et du rapport qu’ils entretiennent, quelle que soit la longueur de la performance, avec la brièveté.

14Marianthi Kaplanogou analyse la façon dont, dans la culture populaire grecque et plus particulièrement à propos de sa propre collecte dans les îles de la mer Égée et au nord de la Grèce, la transmission de certains thèmes s’accompagne d’une simplification qui tend à les réduire peu à peu à des formes stéréotypées. Principalement aussi à partir d’exemples grecs Anna Angelopoulos étudie l’insertion, dans les contes « longs » (contes facétieux et contes-nouvelles), de « formes brèves » qui résument de manière énigmatique le parcours du héros ou de l’héroïne. Patricia Heiniger-Casteret démontre comment Jean-François Bladé passe de la collecte à l’auto-collecte lorsqu’il aborde l’écriture des récits courts et autres formes brèves de la littérature orale gasconne. Partant du conte-type ATU 2016, basé sur la répétition du qualificatif « tout petit », Michèle Simonsen propose une interrogation sur la nature et le statut des randonnées et montre qu’elles ne prennent tout leur sens que dans une performance orale.

15Bien plus réduite que le dossier sur les récits brefs, la seconde partie de la revue est, selon l’usage, réservée aux comptes rendus de publications ou d’événements liés à la littérature orale.

16À l’heure où le patrimoine immatériel est enfin reconnu par les institutions, cette nouvelle revue de littérature orale, très dynamique, bienvenue dans le domaine de la recherche, peut, par son accessibilité directe sur le Net, aider les conteurs contemporains à situer leur travail dans la continuité de l’oralité narrative populaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Josiane Bru, « Estudis de Literatura Oral Popular/Studies in Oral Folk Literature », Cahiers de littérature orale [En ligne], 72 | 2012, mis en ligne le 25 mars 2015, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://clo.revues.org/1757

Haut de page

Auteur

Josiane Bru

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de littérature orale est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page