Navigation – Plan du site

2017 : « Jouer avec le genre dans les arts de la parole »

Cahiers de littérature orale, no 80 (2017) sous la direction de Sandra Boehringer, Sandra Bornand et Alice Degorce
2017: “Playing with gender in the verbal arts”, Edited by Sandra Boehringer, Sandra Bornand and Alice Degorce.

Version Française

Argumentaire

Dès ses débuts, l’anthropologie s’est intéressée, aux relations sociales entre les sexes (Mead 1963 [1935], en particulier). En continuité épistémologique, les études sur les arts de la parole ont, depuis une vingtaine d’années, intégré ce questionnement à leur champ : en 1993, le numéro des Cahiers de Littérature Orale, dirigé par Geneviève Calame-Griaule et intitulé « Le pouvoir de la femme », analysait les rapports de sexe, sous l’angle de la domination, dans les performances orales (qu’elles soient produites par des hommes ou par des femmes). De ces différentes études se dégageait avant tout l’image d’une figure féminine ambivalente : dévalorisée dans les discours masculins, objet de crainte en raison d’un pouvoir irrationnel et magique (Calame-Griaule (dir.) 1993). Dans les mêmes années, deux autres problématiques apparaissaient dans les recherches en littérature orale : les représentations du féminin (analysées par Messaoudi 1999 par exemple) et l’identité des performers, selon les registres de parole ou des répertoires (étudiés par Baumgardt 2000 et Fernandez 1998 notamment).

Pourtant, alors que Gregory Bateson travaillait, dès les années 1920, sur les rituels de travestissement (dans le contexte du Naven) et que de nombreux anthropologues intégraient, dans leurs travaux, ces nouvelles approches du rituel, l’étude des pratiques d’hybridations, de jeux et de transformations des rôles masculins et féminins reste, aujourd’hui encore, marginale dans les recherches en littérature orale. Il s’agit donc, dans ce numéro intitulé « Jouer avec le genre dans les arts de la parole », de réunir des travaux recourant à l’outil contemporain du genre pour mettre en évidence les multiples façons qu’ont des groupes sociaux, dans leurs performances orales, de jouer avec les normes de genre. Sont entendus, ici, par arts de la parole autant les genres désormais considérés comme « classiques » en littérature orale – chants, contes, poésies, épopées, par exemple – que d’autres esthétiques langagières moins étudiées, tels l’art oratoire et les chansons populaires et urbaines (voir la variété des pratiques discursives étudiées dans Calame et alii, 2010).

Le genre, selon la méthode formulée dans le champ historique par Joan Scott dans les années 1980 (Scott 1988) et développée dans diverses disciplines par de nombreux chercheurs (Ortner et Whitehead 1981, Mathieu 1985, Butler 2006, Thébaud 2007, Théry 2007), permet à la fois d’historiciser les catégories, de dénaturaliser les identités et de percevoir les différentes manières dont les sociétés construisent non seulement les différenciations femmes/hommes, mais aussi les hiérarchies (Rubin 2010 [1975-1984]). Les performances orales que ce numéro se propose d’étudier peuvent constituer un acte d’énonciation – et d’affirmation – des normes traditionnelles, mais elles peuvent également créer le lieu et l’occasion de transgresser de ces mêmes normes : dans ce cas, elles deviennent un acte performatif de construction des corps et de nouvelles identités. Deborah James, par exemple, a étudié la façon dont des femmes sud-africaines se sont approprié un répertoire oral traditionnellement réservé aux hommes, tout en redéfinissant les rôles sociaux masculins et féminins en migration (James, 1999). C’est donc également une capacité d’agir des performers que produisent ces jeux sur le genre (Mahmood 2009), qu’il sera utile d’étudier dans différents contextes culturels.

Par le biais du jeu, de l’hybridation ou du métissage, certaines performances verbales déplacent les lignes de partage traditionnelles entre masculin et féminin, et brouillent les frontières du genre – entendu au deux sens du terme (genre formel et gender). Dans un contexte contemporain, où les normes de genre font de plus en plus souvent l’objet de revendications et alimentent les débats publics, il sera opportun d’analyser les usages de ces performances orales : comment portent-elles des discours nouveaux ? Quels sont les processus de leur diffusion ?

Les contributeurs-trices sont invité-e-s à soumettre des propositions explorant des événements sociaux ou des arts de la parole qui mettent en scène ces brouillages : rites de passage ou d’inversion, carnavals, manifestations d’affirmation d’identités multiples (la marche des fiertés LGBTQI, par exemple). Ces manifestations produisent-elles une émergence de mouvements nouveaux, ou ont-elles pour effet de réaffirmer des normes conventionnelles ? Quelles formes prennent les réactions verbales et émotionnelles des acteurs de ces performances ?

Les propositions d’articles devront être basées sur des exemples empiriques d’arts de la parole et de performances. Elles pourront concerner toutes les aires culturelles, sans limitations géographique ou historique, de l’Antiquité à nos jours.

Calendrier et procédure

Les intentions de contributions (titre et résumé ne dépassant pas 1000 signes) doivent être adressées à Sandra Boehringer (s.boehringer@unistra.fr), Sandra Bornand (s.bornand@bluewin.ch) and Alice Degorce (alice.degorce@ird.fr) le 31 janvier 2016 au plus tard.

Les articles sélectionnés devront être remis le 31 octobre 2016.

Les articles doivent être écrits en français ou en anglais ; le titre, le résumé et les mots clés sont à donner dans les deux langues.

La note aux auteurs est disponible sur le site de la revue.

Bibliographie sélective

Bateson, Gregory, 1971, La cérémonie du Naven. Les problèmes posés par la description sous trois rapports d’une tribu de Nouvelle-Guinée, Paris, Editions de minuit, trad. de Naven : A Survey of the Problems suggested by a Composite Picture of the Culture of a New Guinea Tribe drawn from Three Points of View, Stanford University Press (1ère éd. ).

Baumgardt, Ursula, 2000, Une conteuse peule et son répertoire, Paris, Karthala.

Butler Judith, 2006, Trouble dans le genre, Paris, La Découverte, trad. par Cynthia Kraus de Gender Trouble. Feminism and the subversion of Identity, Routledge 1990 (2ème éd. 1999).

Calame Claude, Dupont Florence, Lortat-Jacob Bernard et Manca Maria, (éd.), 2010, La Voix actée. Pour une nouvelle éthnopoétique, Paris, Kimé.

Calame-Griaule Geneviève (éd.), 1993, Le pouvoir de la femme, Cahiers de Littérature Orale n° 34.

Fernandez Jocelyne (éd.), 1998, Parler femme en Europe. La femme, image et langage, de la tradition à l’oral quotidien, Paris, L’Harmattan.

James Deborah, 1999, Songs of the women migrants: performance and identity in South Africa, Edinburgh University Press, Edinburgh.

Mahmood Saba, 2009 [2005], Politique de la piété. Le féminisme à épreuve du renouveau islamique, Paris, La Découverte.

Mathieu Nicole-Claude (dir.), 1985, L’arraisonnement des femmes. Essais en anthropologie des sexes, Paris, Éditions de l’EHESS.

Mead Margaret, 1963 [1935], Moeurs et sexualité en Océanie, Paris, Plon.

Messaoudi, Leïla, 1999, Images et représentations de la femme dans les contes marocains du Nord-Ouest, Clio. Histoire, femme et sociétés, http://clio.revues.org/291; DOI : 10.4000/clio.291

Ortner Sherry B. et Harriet Whitehead (ed.), 1981, Sexual Meanings. The Cultural Construction of Gender and Sexuality, Cambridge, Cambridge University Press.

Rubin Gayle, 2010 [1975-1984], Surveiller et jouir, anthropologie politique du sexe, trad. fr., Paris, EPEL.

Scott Joan W., 1988, « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », in Le genre de l’histoire, Les Cahiers du GRIF, 37/38, pp. 125-153.

Thebaud Françoise, 2007, Ecrire l’histoire des femmes et du genre, Presses de l’ENS Fontenay-Saint-Cloud, Ophrys (1ère éd. 1998).

Théry Irène, 2007, La distinction de sexe. Une nouvelle approche de l’égalité, Paris, Éditions Odile Jacob.

English Version

From its beginning, anthropology has been interested in the social relationships between the sexes (Mead 1966 [1928], 2001 [1935], in particular). In an epistemological continuity, studies on the verbal arts have for twenty years been integrating this questioning into their field: in 1993, an issue of the Cahiers de littérature orale, edited by Geneviève Calame-Griaule and entitled « The power of the woman », analyzed, in terms of domination, the relationships between the sexes in oral performances (produced by either men or women). From these studies emerged, first of all, the image of an ambivalent feminine figure: devalued in masculine discourses, object of fear because of an irrational and magical power (Calame-Griaule (ed.) 1993). In the following years, two other topics appeared in the scholarship on oral literature: the representations of the feminine (Messaoudi 1999, for instance) and the identity of performers depending on speech registers or repertoires (Baumgardt 2000 and Fernandez 1998, among others).

However, even though Gregory Bateson worked, as soon as the 1920s, on rituals of cross-dressing (in the context of the Naven), and even though many anthropologists included these new approaches of the ritual in their works, the study of the practices of hybridization, games, and transformations of masculine and feminine roles still remains marginal in the field of oral literature. This issue, entitled “playing with gender in the verbal arts”, aims at bringing together studies that make use of the contemporary tool of gender, in order to show the multiple ways in which social groups play with the norms of gender in their oral performances. Here, by verbal arts we mean both the genres now considered as “classical” within oral literature – songs, tales, poetry, epics – as well as less considered verbal aesthetics, such as oratory and popular and urban songs (cf. the range of discursive practices studied in Calame et alii 2010).

Gender, according to the method formulated in the historical field by Joan Scott in the 1980s (Scott 1986) and developed in various disciplines by many scholars (Ortner and Whitehead 1981, Mathieu 1985, Butler 1990, Thébaud 2007, Théry 2007), allows to historicize categories, denaturalize identities, and perceive the different manners in which societies construct non only differentiations between women and men, but also hierarchies (Rubin 2010 [1975-1984]. The oral performances that this issue proposes to study can constitute an act of enunciation – and affirmation – of traditional norms, but they can also create the place and the occasion for transgressing these very norms: in this case, they become a performative act of construction of bodies and new identities. Deborah James, for example, has studied the way in which South-African women have appropriated an oral repertoire traditionally reserved for men, while redefining masculine and feminine social roles in the context of migration (James 1999). It will thus be useful to study how the performers’ agency is produced by these plays on gender (Mahmood 2005) in different cultural contexts.

Some verbal performances, through games, hybridizations, or crossings, shift the lines that traditionally separate the masculine and the feminine, and blur the boundaries of both genres and genders. In a contemporary context where gender norms are increasingly becoming objects of claim and feeding public debates, we welcome analyses of the uses of these oral performances: how do they carry new discourses? What are the processes of their circulation?

Contributors are invited to submit proposals exploring social events or verbal arts that stage this blurring: rites of passage or inversion, carnivals, demonstrations and affirmations of multiple identities (such as the LGBTQI pride). Do these demonstrations produce an emergence of new movements, or do they, in their effects, reaffirm conventional norms? What forms do the verbal and emotional reactions of the actors take in these performances?

Article proposals will be based on empirical examples of verbal arts and performances. They can concern all cultural areas, without geographical or historical limitations, from antiquity to the present day.

Calendar and procedure

Proposals of contributions (title and an abstract of no more than 1000 characters) must be addressed to Sandra Boehringer (s.boehringer@unistra.fr), Sandra Bornand (s.bornand@bluewin.ch) and Alice Degorce (alice.degorce@ird.fr) no later than January 31, 2016.

Selected articles must be submitted by October 31, 2016.

Articles will be written in French or English; the title, abstract and keywords must be provided in both languages.

The note to authors is available on the journal’s website (https://clo.revues.org/1552).

Selected bibliography

Bateson Gregory, 1958 [1936], Naven: A Survey of the Problems suggested by a Composite Picture of the Culture of a New Guinea Tribe drawn from Three Points of View, Stanford University Press, Stanford, California (2nd edition).

Baumgardt, Ursula, 2000, Une conteuse peule et son répertoire, Paris, Karthala.

Butler Judith, 1990, Gender Trouble. Feminism and the subversion of Identity, Routledge 1990 (2ème éd. 1999).

Calame Claude, Dupont Florence, Lortat-Jacob Bernard and Manca Maria, (ed.), 2010, La Voix actée. Pour une nouvelle éthnopoétique, Paris, Kimé.

Calame-Griaule, Geneviève (ed.), 1993, Le pouvoir de la femme, Cahiers de Littérature Orale n°34.

Fernandez Jocelyne (ed.), 1998, Parler femme en Europe. La femme, image et langage, de la tradition à l’oral quotidien, Paris, L’Harmattan.

James Deborah, 1999, Songs of the women migrants: performance and identity in South Africa, Edinburgh University Press, Edinburgh.

Mahmood Saba, 2005, Politics of Piety: The Islamic Revival and the Feminist Subject, Princeton University Press.

Mathieu Nicole-Claude (ed.), 1985, L’arraisonnement des femmes. Essais en anthropologie des sexes, Paris, Éditions de l’EHESS.

Mead Margaret, 1966 [1928], Coming of Age in Samoa, Penguin Paperback (2nd edition).

Mead Margaret, 2001 [1935], Sex and Temperament in Three Primitive Societies, William Morrow and co.

Messaoudi Leïla, 1999, Images et représentations de la femme dans les contes marocains du Nord-Ouest, Clio. Histoire, femme et sociétés, http://clio.revues.org/291 ; DOI : 10.4000/clio.291

Ortner Sherry B. and Harriet Whitehead (ed.), 1981, Sexual Meanings. The Cultural Construction of Gender and Sexuality, Cambridge, Cambridge University Press.

Rubin Gayle, 2010 [1975-1984], Surveiller et jouir, anthropologie politique du sexe, trad. fr., Paris, EPEL.

Scott Joan W., 1986, “ Gender : A Useful Category of Historical Analysis ”, The American Historical Review, Vol. 91, N° 5, pp. 1053-1075.

Thebaud Françoise, 2007, Ecrire l’histoire des femmes et du genre, Presses de l’ENS Fontenay-Saint-Cloud, Ophrys (1st ed. 1998).

Théry Irène, 2007, La distinction de sexe. Une nouvelle approche de l’égalité, Paris, Éditions Odile Jacob.