Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le professeur Isidore Okpewho, spécialiste internationalement connu de littérature orale africaine, est décédé le 4 septembre 2016 à Binghamton où il enseignait depuis vingt-cinq ans à l’université d’État de New York. Originaire du Nigeria, il avait commencé ses études à l’université d’Ibadan avant de rejoindre Denver, Colorado, pour y préparer un doctorat de littérature comparée. Il a également soutenu un doctorat à l’université de Londres. Passeur entre Afrique et Amérique, sa carrière d’enseignant-chercheur s’est effectuée sur les deux continents, puisqu’il a commencé à enseigner à l’université de New York à Buffalo (1974‑1976) avant d’obtenir un poste à l’université d’Ibadan en 1976, pour revenir aux États‑Unis en 1990, d’abord pendant un an à Harvard, puis jusqu’à sa récente retraite à l’université d’État de New York à Binghamton.

  • 1  La Littérature orale en Afrique subsaharienne, 1992, Paris : Éditions Mentha, coll. « Bibliothèque (...)
  • 2  http://www.africaisola.org/ [consulté le 17/05/2017].

2Spécialiste de littérature africaine, auteur de romans et d’études critiques, il est surtout connu pour ses travaux pionniers sur la littérature orale, domaine dans lequel il a publié plusieurs ouvrages de référence dont les principaux sont : The Epic in Africa: Toward a Poetics of the Oral Performance (1979), Myth in Africa: A Study of Its Aesthetic and Cultural Relevance (1983), The Oral Performance in Africa, ouvrage collectif sous sa direction (1990), African Oral Literature: Backgrounds, Character, and Continuity (1992), et Once Upon a Kingdom: Myth, Hegemony, and Identity (1998). Bien que principalement consacrés aux productions orales du continent africain, ses travaux ont une dimension théorique et méthodologique qui l’ont fait connaître bien au-delà des seuls africanistes et lui ont valu de nombreux prix et honneurs internationaux. Malheureusement, à notre connaissance, seul un petit ouvrage général a été publié en français1. Isidore Okpewho fut le deuxième président de la Société internationale pour les littératures orales d’Afrique (International Society for the Oral Literatures of Africa – Isola2) de 2002 à 2006.

3Originaire d’un pays de longue tradition intellectuelle riche de structures universitaires, Isidore Okpewho a joué un rôle de mentor pour de nombreux chercheurs africains ou afro‑américains. Dès ses premiers travaux, comme le rappelle G. G. Darah, l’actuel président de la Nigerian Oral Literature Association (Nola), dans son hommage3, il s’est imposé comme un promoteur de la « décolonisation du discours sur les littératures orales africaines ». Prônant l’étude des productions orales en performance, soucieux de mettre en valeur l’esthétique des arts de la parole, il a contribué à libérer la littérature orale de sa gangue folkloriste et à lui donner ses lettres de noblesse dans les milieux littéraires et académiques. Le comité de rédaction des Cahiers de littérature orale déplore la disparition d’un grand nom de la littérature orale qui était également un collègue souriant et attentionné.

Haut de page

Notes

1  La Littérature orale en Afrique subsaharienne, 1992, Paris : Éditions Mentha, coll. « Bibliothèque d’orientation », 60 p.

2  http://www.africaisola.org/ [consulté le 17/05/2017].

3  In The Guardian, Nigeria, 17 septembre 2016, http://guardian.ng/saturday-magazine/isidore-okpewho-the-scholar-as-epic-hero/ [consulté le 17/05/2017].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Isidore O. Okpewho (1941‑2016) », Cahiers de littérature orale [En ligne], 80 | 2016, mis en ligne le 13 octobre 2017, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://clo.revues.org/3020

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de littérature orale est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page