Navigation – Plan du site
Le dossier

Le conte : du terrain à internet, pratique et déontologie

Paulette Roulon-Doko
p. 295-304

Résumés

L’auteur présente les étapes successives du cheminement qui mène de l’enregistrement d’un conte en situation spontanée sur le terrain jusqu’à sa diffusion sur Internet. Elle décrit la première transcription, manuelle le plus souvent, puis passe à l’étape de la transcription sur ordinateur avant de présenter les possibilités d’analyse que permet un logiciel de traitement de données comme Shoebox. Elle rappelle à ce propos le niveau de compétences linguistiques que réclame l’usage d’un tel outil. Enfin, elle montre le passage possible à la mise en ligne sur la toile et souligne la qualité incomparable d’un tel archivage qui est ainsi mis à la disposition de tous.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Les populations qui se reconnaissent sous le nom de Gbaya occupent un territoire situé pour les qu (...)

1La collecte de contes sur le terrain par le recours à l’enregistrement de la performance sur un magnétophone analytique, ou de nos jours, numérique est pratiquée depuis près de trente ans. Les archives sonores qui témoignent d’une oralité propre à chaque culture, bien qu’étant conservées, n’étaient le plus souvent pas disponibles pour un large public. Ces corpus – bandes magnétiques, minicassettes – dont l’écoute restait en général confidentielle, limitée à ceux qui les avaient collectés peuvent maintenant, une fois convertis en format numérique – CD-rom ou Internet – être écoutés par tous. Cependant ces nouveaux moyens modernes de diffusion de l’information doivent être utilisés avec un double souci, en amont, celui d’être fidèle à la performance enregistrée et respectueux des personnes qui ont fourni l’information et en aval, celui de diffuser un produit le plus complet possible restituant l’authenticité de ladite performance. Je vais donc présenter ici les étapes successives de ce cheminement qui mène de l’enregistrement sur le terrain à la diffusion sur Internet et souligner quelques-uns des problèmes qui peuvent se poser. Je prendrai pour ce faire l’exemple d’un conte gbaya1.

La première transcription

2Il convient tout d’abord de rappeler que tout enregistrement fait sur le terrain doit mentionner les conditions de collecte. Il faut bien sûr préciser le lieu de la collecte, la date, le nom de la personne enregistrée, la langue parlée, mais aussi spécifier les caractéristiques de la performance, en mentionnant en particulier si l’enregistrement a été réalisé en présence d’un public – veillée traditionnelle, veillée provoquée, etc. – ou sans public, le conteur étant seul. Tous ces éléments sont très importants pour cerner l’authenticité de la performance. Il faut de plus toujours transcrire le texte du conte, sur le terrain même. C’est le plus souvent en réécoutant l’enregistrement avec un ou plusieurs locuteurs de la langue que la transcription est faite. Chaque phrase est écoutée, reprise au besoin par un des locuteurs présents puis transcrite par le chercheur selon un système de notation sur lequel je ne m’attarderai pas ici. Cette première transcription est en général accompagnée d’une traduction qui aligne sous chaque terme de la langue source un terme de la langue cible, sans analyse grammaticale détaillée (cf. fig. 1). Le but de cette traduction étant de permettre simplement la compréhension dudit texte. Plus on connaît la langue et plus la transcription se fait aisément. Personnellement, j’ai toujours commencé par transcrire sur papier, à la main, la traduction en langue cible étant facilement placée sous le texte en langue source.

3Pour un chercheur, multiplier des enregistrements non identifiés et non transcrits, c’est constituer un corpus inutilisable. Il n’en va pas de même des locuteurs d’une langue qui enregistreraient eux-mêmes des contes, car ils sont à même de les comprendre et ils pourront toujours les transcrire, sans aide particulière, le moment venu. Charge à eux cependant de toujours mentionner les conditions de leur collecte.

Fig. 1. Une page manuscrite d’un conte gbaya

Fig. 1. Une page manuscrite d’un conte gbaya

La transcription sur ordinateur

  • 2  Il s’agit d’un système de polices adaptées à la langue étudiée.
  • 3  Le logiciel Keyman permet à chacun de définir un clavier qui facilite la frappe des caractères spé (...)

4Dans une première étape, le texte transcrit à la main va pouvoir être tapé en langue source sur un ordinateur dans un traitement de texte, au format Word par exemple. Il faut pour cela pouvoir disposer d’un système de fonte (type Sil-Doulos2) et d’un clavier (type Keyman3) adéquats. Seul le texte en langue source est tapé, il occupe un espace beaucoup plus ramassé que la transcription accompagnée de sa traduction souscrite mot sous mot
– quatre pages manuscrites correspondent à peu près à une page tapée – (cf. fig. 2). Se pose alors le problème de la ponctuation qui est le plus souvent absente du premier texte, des espaces séparant tout simplement les termes ou les phrases entre eux. Il faut procéder à un découpage en phrases qui seront chacune ponctuées par l’insertion d’un point final.

Fig. 2. Transcription sous Word de la page manuscrite de la fig. 1

Fig. 2. Transcription sous Word de la page manuscrite de la fig. 1

5Les productions orales ont de façon courante développé un système complexe de jonctifs ou coordonnants comparables à ce qui était attesté dans les premières transcriptions de la prose en ancien français ou en ancien anglais (Jacqueson, 2007, 379-382). Ces éléments qui marquent les liaisons entre les phrases ou les propositions seront donc ici précédés d’un point final ou d’une virgule.

  • 4  La version la plus récente de ce logiciel est maintenant appelée Toolbox.

6Dans une seconde étape, le texte tapé sous Word va pouvoir être converti au format d’une base de données, au format Shoebox4 par exemple. Pour ce faire, le conte au format Word (.doc) sera tout simplement enregistré en format texte (.txt) qui est un format compatible avec Shoebox qui pourra permettre ensuite un découpage systématique du texte en fonction de l’analyse en amont qu’en aura faite le chercheur. Avant l’enregistrement au format texte, il convient de mentionner, sur une ligne qui précède le texte, la référence qu’on souhaite donner au conte en la faisant précéder de la mention ‘ name ’. Ainsi pour le conte ci-dessus, c’est la numérotation du conte dans le corpus de référence qui est adoptée comme référence : name T120-C12.

7En ouvrant ensuite sous Shoebox le texte ainsi formaté, celui-ci est alors automatiquement divisé en lignes numérotées. La numérotation qui reprend la référence mentionnée en tête du texte est suivie du numéro de phrase et ce sont les points qui sont retenus par Shoebox pour une numération systématique des phrases. Le texte présente alors deux lignes, la ligne de référence (ref) et la ligne de texte (tx) – ce conte comporte soixante-huit phrases numérotées – (cf. fig. 3).

Fig. 3. Les trois premières phrases du conte numérotées sous Shoebox

Fig. 3. Les trois premières phrases du conte numérotées sous Shoebox

L’analyse sous Shoebox

8Chaque phrase de texte découpée automatiquement va pouvoir être analysée et systématiquement traitée, faisant apparaître trois nouvelles lignes qui sont en colonnes, permettant un alignement mot sous mot :

  • 5  Cette opération consiste à isoler les différentes parties constituant le terme de sorte que chaque (...)

un découpage morphologique ou désamalgamage5 (rm)

un mot sous mot (ma)

la mention des catégories grammaticales (am)

une ligne indépendante des précédentes, la traduction dans la langue cible traduction (tr)

Fig. 4. Désamalgamage de la phrase 3 sous Shoebox

Fig. 4. Désamalgamage de la phrase 3 sous Shoebox

9Un tel travail ne peut se faire que si l’analyse grammaticale de la langue source est déjà établie, au moins dans ses grandes lignes. Chaque terme identifié peut être introduit dans un lexique dont on peut à sa guise organiser les fiches (le nombre de champs possibles n’est pas limité). Ce travail est simple pour tous les termes qui sont invariables. Pour tous les autres, dont la forme peut varier selon la position dans la phrase, il convient de procéder à un désamalgamage. Ceci permet d’isoler le terme de base choisi pour être introduit comme terme de référence dans le lexique, tout en précisant le ou les éléments grammaticaux dont il est le support. La forme amalgamée est introduite dans un champ spécifique du fichier de désamalgamage auquel correspond un champ d’analyse dont chaque terme a, lui, une entrée dans ce fichier. Il est en effet nécessaire d’avoir, à cette étape du travail, choisi une convention pour la transcription des éléments grammaticaux. Ces derniers, lorsqu’ils n’ont pas de forme segmentale libre, ne peuvent figurer dans le lexique. Au fur et à mesure que l’on progresse dans l’analyse d’un texte, ce sont donc deux fichiers qui sont peu à peu constitués : un fichier de désamalgamage qui mentionne, pour chaque terme lexical retenu, les variantes grammaticales possibles et leur analyse et un fichier lexical qui mentionne, pour chaque terme au moins, sa catégorie grammaticale et son ou ses sens. Je prendrai deux exemples attestés dans la fig. 4 ci-dessus :

  • la forme verbale conjuguée du gbaya gÒnà où on repère l’élément ‘BHa’ dans la ligne de mot sous mot (ma) qui renvoie à la modalité verbale (MV) de l’accompli et constitue une entrée dans le fichier de désamalgame ;

  • l’anaphorique noté -ìí dans la ligne de découpage morphologique (rm) et traduit par ‘anaph’ dans la ligne de mot à mot, qui constitue lui aussi une entrée dans le fichier de désamalgame.

10Cette analyse dépend bien entendu du niveau d’analyse maîtrisé par le chercheur. Au minimum, on peut envisager un simple repérage des termes, faisant ressortir le terme choisi comme référence, sans analyse des éléments modificateurs ; au mieux, c’est la totalité de l’analyse grammaticale qui est alors restituée. Dans tous les cas, la ligne de traduction mot à mot permet de suivre l’ordre exact des termes dans la langue source.

11La ligne de traduction, tout en restant proche du texte en langue source, se plie aux contraintes de la langue cible et produit une formulation compréhensible par le lecteur de la langue cible. On peut considérer cette traduction comme une traduction littérale. On peut ensuite tendre à formuler une traduction que j’appellerai ‘littéraire’ qui, tout en restant fidèle, prenne plus de distance avec le texte source et intègre, entre autres, des éléments d’ordre culturel qui échappent au lecteur qui ne connaît pas la culture en question. Dans cette optique, la traduction littéraire de la phrase de la fig. 4 serait : « Un jour, le grillon avait délimité dans la savane, comme qui dirait au lieu-dit Gba-Mbondo, un territoire pour sa chasse au feu. »

La mise en ligne

12S’il existe une version numérique de l’enregistrement, il est alors possible d’y associer le texte traité par Shoebox afin de le mettre en ligne comme cela est fait pour le programme d’archivage de corpus oraux par Christian Chanard au LLACAN6 (Langues, langage et cultures d’Afrique noire). Le texte ainsi mis en ligne peut être soit lu ligne par ligne, soit être écouté sans interruption étant alors la fidèle reproduction de l’enregistrement original. La transcription est, comme dans Shoebox, accompagnée des trois lignes – désamalgamage, traduction mot à mot, catégorie grammaticale – et suivie par une ligne libre de traduction. Je donne ci-après le fac-similé d’une ligne d’un conte gbaya T25-C11, consultable en ligne sur le site du CRDO7 (Centre de ressources pour la description de l’oral) Paris (cf. fig. 5).

Fig. 5. Une phrase en ligne du conte T25-C11 sur Internet

Fig. 5. Une phrase en ligne du conte T25-C11 sur Internet

13À ce stade, il est nécessaire de réécouter le texte d’origine pour vérifier qu’il coïncide bien avec la version transcrite. Je soulignerai ici quelques cas de révisions à faire qui concernent toutes les ‘corrections’ volontaires ou involontaires qui ont pu se produire au moment de la première transcription. En effet, les personnes qui ont aidé à transcrire le texte sur le terrain peuvent, dans un souci de normalisation involontaire, avoir gommé des éléments que l’écoute de la bande originale restitue. Il en est ainsi des hésitations ou les reprises après erreur – se tromper dans le nom d’un personnage par exemple – spontanément supprimées et corrigées ; des interventions des auditeurs qu’on entend clairement qui ont pu également être supprimées. Dans ce dernier cas, il faut trouver un procédé particulier
– mise en italique, mise entre crochets, etc. – pour identifier le passage en question qu’on se doit bien sûr, s’il est audible, de restituer. Il ne me paraît pas souhaitable de ‘nettoyer’ la bande en cherchant à effacer ces passages, car cela porte atteinte à l’authenticité de la performance. Si un passage n’est pas réellement audible, on peut toujours le signaler par une mention de ‘non-transcription’ telle […] par exemple. De même si, par souci d’hyper correction, des termes prononcés dans une langue autre – emprunts au français ou à une langue véhiculaire commune dans la région par exemple – ont été remplacés par le terme correspondant de la langue cible, il convient ici de les restituer, pour suivre au plus près l’enregistrement. Enfin, dans le cas de chantefables dont le chant s’articule entre un solo dit par le conteur et le répons dit par une grande partie des auditeurs, il faut trouver un moyen de repérer les deux parties. Cela est d’autant plus important que parfois, le répons peut se poursuivre tandis que le conteur, laissant de côté le solo, continue à faire progresser les événements du conte, jusqu’à ce qu’il y mette un terme par l’emploi d’une formule consacrée. Cela est bien clair à l’écoute de la bande, mais peut être source de confusion dans le rendu de la traduction. Ce ne sont là que quelques situations qui soulignent le devoir qu’a le chercheur de permettre le meilleur accès possible à l’enregistrement de la performance telle qu’elle a été produite.

14Il me semble inadmissible d’envisager un nouvel enregistrement artificiel comme on pourrait le faire en faisant relire la transcription, retenue par le transcripteur, par un locuteur de la langue. Cela semble fausser la véracité du témoignage et, si on a recours à un tel procédé, il doit alors être spécifié comme tel en précisant bien qu’il ne s’agit pas d’un enregistrement de la performance dans sa situation originale.

15C’est là toute l’importance à accorder à la rédaction de ce qu’on appelle les métadonnées, c’est-à-dire de toutes les informations qui donnent à l’auditeur-lecteur du conte mis en ligne les éléments pour pouvoir apprécier tout le contexte de la performance initiale.

En conclusion

16Les techniques modernes constituent donc une formidable avancée dans l’archivage de ces données originales. Cet archivage devient un élément dynamique qui permet aux locuteurs d’une culture de retrouver leurs traditions orales en les entendant comme elles étaient dites. Elles permettent de plus à ceux qui ne sont pas locuteurs de la langue source d’écouter la performance en suivant la traduction. Enfin, pour le locuteur, comme pour le non-locuteur de la langue source, cette présentation peut donner accès, lorsque l’analyse a été poussée, à la structuration grammaticale de la langue. La mise à plat de cette analyse donne à tous ceux qui y ont accès la possibilité de se faire leur propre jugement et d’exercer leur esprit critique, car ils ont tous les atouts en main.

Haut de page

Bibliographie

Jacqueson, Francois, 2007, La coordination, instrument décisif de l’émergence de la prose : une description historique, in A. Rousseau, L. Begioni, N. Quayle et D. Roulland (éds), La coordination, Rennes, PUR, p. 371-404.

Roulon, Paulette, 1977, Wanto et l’origine des choses..., contes d’origine et autres contes gbaya kara, Paris, CILF-EDICEF, coll. « Fleuve et flamme bilingue », 142 p., 9 illustrations et page de couverture.

Roulon-Doko, Paulette, 1992, Traduction d’un conte gbaya « Les deux filles et la balançoire », L’immature, no 4, septembre-novembre, p. 46-47.

Haut de page

Notes

1  Les populations qui se reconnaissent sous le nom de Gbaya occupent un territoire situé pour les quatre cinquième à l’ouest de la République Centrafricaine et pour le dernier cinquième au centre-est du Cameroun. L’étude présente porte plus précisément sur les Gbaya 'bodoe qui font partie du groupe numériquement le plus important (cent soixante mille locuteurs), les Gbaya kara. Ils forment un ensemble homogène d’environ cinq mille personnes réparties en une quarantaine de villages au sud-ouest de Bouar, en République Centrafricaine. La langue gbaya appartient, selon la classification de Greenberg, au groupe 1 de la branche orientale de la sous-famille 6 « Adamawa oriental » de la famille Niger-Congo, plus volontiers appelé « Oubanguien » dans les études plus récentes.

2  Il s’agit d’un système de polices adaptées à la langue étudiée.

3  Le logiciel Keyman permet à chacun de définir un clavier qui facilite la frappe des caractères spéciaux intégrés dans la fonte choisie. Cela joue en particulier sur des éléments comme les tons, la nasalité, les glottalisées, etc.

4  La version la plus récente de ce logiciel est maintenant appelée Toolbox.

5  Cette opération consiste à isoler les différentes parties constituant le terme de sorte que chaque élément isolé puisse ensuite être identifié comme une entrée du fichier de désamalgamage. Ce fichier en effet comprend, en plus des termes retenus dans le lexique, tous les éléments grammaticaux qui n’ont pas de forme morphématique autonome comme les affixes, les infixes et les suffixes.

6  llacan@vjf.cnrs.fr.

7  http://crdo.risc.cnrs.fr/exist/crdo/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Une page manuscrite d’un conte gbaya
URL http://clo.revues.org/docannexe/image/334/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 2. Transcription sous Word de la page manuscrite de la fig. 1
URL http://clo.revues.org/docannexe/image/334/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 3. Les trois premières phrases du conte numérotées sous Shoebox
URL http://clo.revues.org/docannexe/image/334/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 4. Désamalgamage de la phrase 3 sous Shoebox
URL http://clo.revues.org/docannexe/image/334/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 5. Une phrase en ligne du conte T25-C11 sur Internet
URL http://clo.revues.org/docannexe/image/334/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paulette Roulon-Doko, « Le conte : du terrain à internet, pratique et déontologie », Cahiers de littérature orale, 63-64 | 2008, 295-304.

Référence électronique

Paulette Roulon-Doko, « Le conte : du terrain à internet, pratique et déontologie », Cahiers de littérature orale [En ligne], 63-64 | 2008, mis en ligne le 03 janvier 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://clo.revues.org/334 ; DOI : 10.4000/clo.334

Haut de page

Auteur

Paulette Roulon-Doko

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de littérature orale est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page