Navigation – Plan du site

62 | 2007
Le livre parle

L’écrit dans la tradition orale
Sous la direction de Nicole Belmont et Jean-Marie Privat

La littérature orale use de l'écrit comme d'un marqueur d'altérité culturelle. À la fascination de l'écrit, sa légitimité, son autorité factuelle (un fragment de lettre peut suffire pour prouver son identité au marin ou au soldat que la belle n'attendait plus...) correspond souvent une réelle défiance à l'encontre de la communication à distance, in absentia. C'est en effet dans la présence active et affective des corps et des visages qu'une civilisation de l'oralité prouve et éprouve la réalité des relations humaines et de son rapport au monde : « Aux amours, il ne faut point de lettres... ». Ce numéro s'interroge sur le statut de ces références voire de ses révérences (parfois ironiques et ambivalentes) à la culture écrite en régime d'oralité, aussi bien dans les récits médiévaux que dans le conte traditionnel ou la chanson folklorique, ou encore dans l'imagerie pédagogique et dans l'imaginaire numérique très contemporain. À travers tous les articles de ce numéro, c'est aussi la mémoire, entre oralité et écriture, qui est explorée, y compris dans la crainte médiévale du « livre oublié », ou encore dans les fantasmes des collecteurs de littérature orale en quête d'une parole inouïe et littéralement analphabéte.